Forum de guilde Reboot (Rift et Aion) et de la confrérie Itila Cala (LOTRO)
 
Portail généralPortail général  AccueilAccueil  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  FAQFAQ  

Partagez
 

 Génèse - Une enfance volée.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Génèse - Une enfance volée. Empty
MessageSujet: Génèse - Une enfance volée.   Génèse - Une enfance volée. Icon_minitimeMar 26 Déc 2006 - 10:31

Branwick, après le douloureux procès de son meilleur ami ainsi que de l'épouse de ce dernier, s'était porté volontaire afin d'accompagner Kynon près de la frontière. Il avait pour mission de le confier à un vieux moine nommé Antonius Benedictus. L'homme d'église était déjà très vieux, mais chacun s'accordait à admettre que le temps ne semblait avoir aucune prise sur lui. Il était à présent seul gardien du vieux monastère, qui, au fil du temps, avait fini par tomber en ruine suite à un défaut d'entretien et aux trop nombreux outrages de la guerre.

Le voyage de l'ex Justicar Branwick se déroula plus ou moins calmement. En effet, après la dure épreuve qu'il venait de subir, et en remerciement de sa dévotion totale a L'Eglise d'Albion, il avait été promu au rang de Frère Capitaine et s'était vu confié la deuxième compagnie de l'ordre auquel il appartenait. Il avait donc choisi la première section afin de l'aider dans sa tâche. La première section était la plus couverte de gloire et d'honneurs de la compagnie. Tous les paladins y étant incorporés étaient des hommes d'exeption, à l'image de leur chef, le Justicar Atton. Oh bien sûr, ils croisèrent le chemin d'un groupe d'hiberniens, Mais le combat fut bref et et aucun des membres de la petite équipée n'alla rejoindre ses illustres ancêtres.

Au matin du septième jour, ils arrivèrent enfin a destination. Le monastère était pratiquement totalement détruit, seul une petite cure semblait être régulièrement entretenue. Le Frère Capitaine Branwick ordonna à la section de prendre position et de rester en alerte, au cas où et se dirigea vers le chariot dans lequel se trouvait le petit Kynon. L'enfant était réveillé et semblait prendre grand intérêt a ce voyage. Jamais il n'avait quitté la maisonnette de son père et cette expérience était totalement nouvelle pour lui. Son père lui avait bien décrit l'étendue du royaume, mais son imagination lui avait proposé une estimation bien en- deçà de ce que ses yeux lui montraient. Branwick tendit la main que Kynon saisi et se dirigea vers vers la porte en chêne massif de la cure. Son ordonance, le Paladin Herbert se chargea d'amener les effets du jeune garçon.

Branwick frappa de son lourd gantelet à la porte de la cure.


- "Qui que vous soyez, déclinez votre identité !" prononça une voie semblant provenir d'outre-tombe.

- "Frère Capitaine Branwick, Commandant de la Deuxième Compagnie de l'Ordo Sanctus Luminis ! J'ai ordre de vous remettre un jeune garçon, je suppose que vous avez d'ores et déjà été mis au courant !"

Plusieurs cliquetis se firent entendre et la porte s'ouvrit sur le Père Antonius. L'homme semblait avoir au moins deux cents ans, mais il était aussi alerte qu'un lion dans la force de l'âge. Son regard dur se posa sur le petit garçon et il pointa un index décharné dans sa direction.

- "Ainsi donc, voici le fils d'Arth Llion ?"

-"Oui, c'est lui, il se nom......."

Mais avant même que le Frère Capitaine n'aie pu finir sa phrase, le vieux moine lui coupa net la parole.

- "Je connais son nom ! Je le connais depuis qu'il est venu au monde, Frère Capitaine.......Vous pouvez partir à présent, je me charge de tout."

Branwick resta muet devant un tel manque de respect. Mais avant d'avoir pu exprimer quelque commentaire que se soit, la porte s'était refermée derrière le vieil homme et le jeune garçon. Il secoua la tête devant une telle impudence et ordonna aussitôt a ses hommes de remonter en selle afin de repartir vers Camelot. Kynon, qui s'était approché d'une fenêtre en forme d'ogive suivit quelques instants le groupe de paladins en armure, puis se retourna afin d'observer le nouvel environnement dans lequel il allait devoir vivre. C'était austère et froid. Aucune propention a l'oppulence, du mobilier simple et énormément d'étagères remplies d'innombrables ouvrages.

Durant les premières semaines, le vieil homme qui semblait dur et intransigeant au premier abord, fini par être apprecié du jeune Kynon. Le Père Antonius lui inculqua les rudiments de la bienséance ainsi que de la Foi. Ses tâches quotidiennes bien que variées, restaient celles d'un adepte de la Sainte Lumière et souvent, le jeune garçon retrouvait sa cellule fourbu et accablé de fatigue. Il nettoyait, astiquait, rangeait et s'occupait à la préparation des repas. Le Père Antonius, qui avait fait de lui son élève, lui apprit la caligraphie, ainsi, mis à part les tâches ménagères, Kynon avait aussi la fonction de copiste, fonction qui était loin de lui déplaire, car bien qu'ardue, cela lui permettait de se plonger dans les ouvrages et d'en découvrir l'énorme masse de savoir et de connaissance qui s'en dégageait. Mais l'instant, bien qu'hebdomadaire, qu'il préférait le plus, était celui lors duquel le Père Antonius continuait de lui administrer son savoir incommensurable.

Souvent, Kynon lui demandait quand pourrait il se rendre à Camelot. En effet, bien qu'il appréciait le calme du monastère, il était impatient de découvrir la capitale. De nombreux écrits en faisait mention, et ce qu'il avait lu attisait sa curiosité. A chaque fois que le jeune garçon lui posait cette question, le Père Antonius lui répondait que ce jour viendrait, mais que cet instant n'était pas encore arrivé. Invariablement, Kynon se voyait répéter la même réponse, et invariablement il rongeait son frein a l'idée de connaître l'oppulence de la grande cité. Il en fut ainsi jusqu'au jour de ses dix ans. C'est alors que le Père Antonius lui révéla que d'ici un an, il serait temps pour lui d'apprendre sa destinée et qu'à ce moment là, il aurait probablement l'opportunité d'effetuer un tel voyage.

Une longue, très longue année s'écoula. Le matin de son onzième anniversaire, le Père Antonius entra, comme d'accoutumée, dans la Cellule du jeune Kynon et lui fit signe de le suivre. Kynon le suivit, impatient, jusqu'à une porte qui jusque là lui avait été interdite d'accès. C'était la cellule privée du Père Antonius Benedictus. Elle était bien plus vaste que la sienne et fourmillait d'ouvrages et de manuscrits. De plus, la décoration et l'ameublement détonaient fortement avec les autres pièces du monastère. Le vieil homme le pria de s'asseoir dans un fauteuil rembourré. Il allait lui réveller tout ce qu'il devait savoir sur son passé, son présent et son futur...



Mais ceci est une autre histoire...
Revenir en haut Aller en bas
 
Génèse - Une enfance volée.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon Leman Russ Démolisseur volé (en carton)
» Truk ork volé par la Garde. Aveu d'une trahison
» [WIP] 2ème Leman volé à obuzier
» [WIP] Véhicule volé de transport
» Le voleur volé... [Rp Darren - Rachel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Reboot et Itila Cala :: Reboot - Itila Cala :: A la taverne du pêcheur-
Sauter vers: