Forum de guilde Reboot (Rift et Aion) et de la confrérie Itila Cala (LOTRO)
 
Portail généralPortail général  AccueilAccueil  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Pour milki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Pour milki   Dim 21 Nov 2010 - 0:02

Coucou milki,
donc il y a maintenant deux ans, je t'avais promis de remettre les textes de l'alliance lueur nomade pour que tu puisse les avoir.
Donc voilà ce post servira à mettre tout ce que j'ai pu récupérer.
Bon il a fallu deux pour que j'y pense, ne me fais pas la tête Wink
gud
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Dim 21 Nov 2010 - 0:03

1/ Le traité

Traité d'Alliance
Droits et engagement de chacun

Entre
les confréries Arnoediad, la Caravane des Vents, le Dragon Eteint, les Ecuyers d'Amesbury, l'Etoile d'Onarius et Itila Cala,
et représentées par Shyrel pour Arnoediad, artoras pour la Caravane des Vents, Astarot pour le Dragon Eteint, Calim pour les Ecuyers d'Amesbury, Khiara pour l'Etoile d'Onarius et Thorod, suppléé par Enge, pour Itila Cala, Itila Cala, ayant chacun les pleins pouvoirs pour négocier et signer le traiter au nom de leur confrérie.

Article 0

Les confréries de l'alliance, unies par un désir de justice, de paix et de liberté, ont pour objectif de s'entraider pour lutter contre les forces de Mordor, et pour protéger les peuples libres, en dehors de tout objectif commercial vu ci-après.

Article 1

L'alliance nouvellement créée portera le nom de Lueur Nomade.


Article 2 :
Constitution d'un Conseil Décisionnel

Toutes les décisions concernant l'Alliance seront prises par un Conseil Décisionnel. Il sera composé d'un membre pour autant qu'il y aura de confréries dans l'alliance.

Toutefois pour des raisons pratiques il est entendu que chaque alliance désignera un membre titulaire et un maximum de deux suppléants possibles. Les suppléants auront rôle de remplacer le titulaire en cas d'absence et de l'assister dans sa tâche.

Les noms du titulaire et des éventuels suppléants devront être communiqués à l'ensemble des confréries alliées par courrier. En cas de remplacement d'un titulaire ou d'un suppléant, il faudra de nouveau penser à communiquer l'information à l'ensemble des membres alliés du dit conseil.

Chaque représentant au conseil sera porteur d'un vote à valeur unique. Même si le titulaire se présente au conseil avec ses deux suppléants, c'est la confrérie qui vote, à hauteur d'un seul votant.

Chaque décision de l'alliance devra être prise à une majorité de quatre cinquième (4/5ème, soit 80%) favorable des votes exprimés.

Avant toute prise de décision, le conseil devra assurer la réunion pleine et complète de ses membres. En cas d'absence d'un représentant, sans excuse ou ayant clairement refusée toute convocation du conseil (sans proposition de report de celui-ci), la confrérie concernée sera écartée de la possibilité de voter et/ou de revenir sur les décisions prises à cette séance. Cette règle est nécessaire afin d'empêcher le blocage d'une prise de décision par le conseil.

Le conseil décisionnel se réunira à l'invitation de chacun de ses membres à tour de rôle. Il n'aura pas de lieu fixe ou tenir ses réunions, charge à la confrérie qui accueillera à tour de rôle le conseil, de trouver un lieu propice à une discussion, dans un lieu tenu secret et dans la confidentialité de ses membres.

La régularité des réunions n'est pas fixée à ce jour, mais une session du conseil peut-être mise à l'ordre du jour par simple demande de l'un de ses membres (à l'ensemble ou à un poste de médiateur restant à créer).


Article 3

Toute entrée d'une nouvelle confrérie dans l'alliance devra être approuvée à l'unanimité des membres présents du Conseil Décisionnel. Toute proposition d'entrée d'une nouvelle confrérie devra être présentée par écrit à tous les représentants avant le vote.


Article 4 :

Toute demande d'expulsion d'une confrérie devra être soutenue par au moins deux confréries devant le conseil. Ces deux confréries devront motiver leur demande par des faits graves peu ou pas contestables. Leur demande ainsi que les faits reprochés devront être envoyés à tous les représentants des confréries préalablement à la réunion. La confrérie mis en cause aura le droit de se défendre lors de cette instruction (via son représentant ou le responsable de la confrérie).

Enfin, une expulsion ne devra être prononcé qu'après avoir étudié la possibilité de réparations (matérielles, financières...).

Le vote de l'expulsion d'une confrérie doit être approuvé à l'unanimité des voix moins celle de la confrérie mise en cause.


Article 5 :

Chaque conrérie disposera d'un droit de véto envers toutes les décisions prises par le Conseil Décisionnel.Si le véto est utilisé, il devra être fondé et les raisons devront en être expliquées devant le Conseil.Le Droit de véto ne doit être utilisé qu'en cas d'opposition grave et justifiée, et l'alliance doit d'abord privilégier le dialogue. Seul un vote à l'unanimité des confréries, moins la confrérie concernée, permettra de passer outre le véto.

Amendement particulier : cet article est accepté pour une période probatoire de six mois à compter de la date de signature du traité. Période au terme de laquelle un bilan devra être fait et l’article rediscuté.


Article 6 :
Ce que l'alliance apporte à chaque confrérie

1) Chacune des confréries signataires aura devoir de porter assistance à tout membre ou toute confrérie qui se trouverait agressée par un tiers.

2) Toute confrérie membre de l’alliance pourra demander le soutien de l’Alliance en cas de conflit qu'elle provoquera envers une confrérie extérieure, en expliquant et motivant sa demande auprès du Conseil Décisionnel. Ce soutien sera alors apporté à la confrérie demanderesse à la suite du vote favorable du Conseil Décisionnel.

3) Chacune des confréries signataires se devra d'aider de son mieux une confrérie alliée lors d'un mission qui lui aura été confiée, que ce soit une aide matérielle, humaine ou logistique.

4) Un partenariat commercial privilégié sera mis en place entre les confréries : Les échanges commerciaux se feront à un prix inférieur au prix communément admis tout en restant raisonnable et permettant à la confrérie vendeuse de garder un profit honnête. Les confréries commerçantes de l'alliance privilégieront l'approvisionnement auprès de leurs alliés, les prospecteurs privilégieront l'écoulement de leur stock auprès de leurs alliés.


Article 7 :

Chaque expédition d'aventuriers affiliés à lueur nomade décidera elle même du partage du butin, et ce avant chaque mission.

Si un problème lié à ce partage des biens récoltés se présente au cours ou à la fin de cette expédition, l’affaire sera présentée devant le Conseil d’Équité par les aventuriers intéressés.


Article 8 : Règlement des différents entre membres, constitution d'un Conseil d'Équité

1) En cas de querelle, conflit, entre deux ou plusieurs membres de confréries différentes, l'affaire sera portée devant un Conseil d'Équité qui tranchera en faveur de l'une ou l'autre des parties, en toute impartialité, et en prononçant éventuellement un blâme ou une sanction.
Le Conseil d'Équité sera composé d'un représentant de chaque confrérie, différent du représentant au Conseil Décisionnel. Ce membre sera désigné de manière permanente par chaque confrérie. Le choix du membre est laissé à la discrétion de chaque confrérie. Son changement éventuel est également laissé à l'appréciation de sa confrérie, mais il devra faire l'objet au préalable d'une information à tous les autres membres du conseil décisionnel.
La décision du Conseil d'Équité aura force de loi et sera garant de la justice entre tous les membres. Cette décision sera prise à la majorité des membres présents du Conseil d'Équité.

2) En cas de conflits entre deux ou plusieurs confréries, le règlement se fera au sein du Conseil Décisionnel.


Article 9 :

1) Le Conseil Décisionnel se réunira au minimum une fois par année, au moment du Festival des Moissons. Les clauses du présent Traité seront alors ré approuvées, les modifications et ajouts éventuels négociés. La bonne application du Traité sera également examinée et la ou les Confréries ne le respectant pas expulsées de l'alliance.

2) Le Conseil Décisionnel se réunira par ailleurs sur simple demande d'un de ses membres.

------------------------------------------------------
Article 10, en négociation ????????

Caravane des Vents :
Il sera du ressort plein et unique de la Caravane des Vents d'assurer le service et le maintien des routes commerciales dégagées par l'alliance des confréries, unies sous la bannière de lueur nomade. Cet article est infaillible et ne pourra être soumis à révision par le conseil décisionnel à date ultèrieure.

Itila Cala :
Le service et le maintien des routes commerciales dégagées par l'alliance des confréries, unies sous la bannière de lueur nomade, sera assurée par une unique confrérie de l'alliance. En contrepartie, cette confrérie devra proposer des services commerciaux à prix réduits aux autres confréries de l'alliance. La durée de cette charge est de 1 an minimum, uniquement rediscutable lors de la réunion annuelle du Conseil Décisionnel lors du Festival des Moissons. Au delà de cette durée, une autre confrérie peut postuler à cette place, sur présentation au Conseil Décisionnel de garanties supérieures à celles de la confrérie marchande en place et après recueil d'un vote favorable dudit Conseil (c'est à dire 80% des voix des présents). La confrérie marchande doit également être prévenue en temps suffisant, afin qu'elle puisse préparer et présenter au Conseil un dossier lui permettant de garder son mandat.

La première confrérie a assumer cette charge sera la caravane des vents.
-----------------------------------------------------------------------


Chaque clause du présent Traité ayant été approuvée par les cinq représentants, leur signature engage leur confrérie dans l'Alliance Lueur Nomade nouvellement créée en ce jour *** .
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Jelena
Sage bavard


Nombre de messages : 1455

MessageSujet: Re: Pour milki   Lun 22 Nov 2010 - 17:54

Bises !!!

Milkiwi

PS : il manque encore quelques textes Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Lun 22 Nov 2010 - 18:36

medneth a écrit:

L'Alliance, le Traité, la Confrérie du Dragon Eteint

Citation:

Chers alliés

La proposition d'un préambule au traité, quoique acceptée, a pu susciter chez quelques uns des interrogations quant à son intérêt, au but recherché voire à la motivation même qui anime la Confrérie du Dragon Eteint. Puisque l'on parle de La Confrérie du Dragon Eteint, j’en profiterai également pour rectifier ou préciser certains faits entendus ici et là.

La confrérie est effectivement d'origine marchande et non pas une guilde à vocation militaire. Notre mode de fonctionnement en témoigne : pas de hiérarchie entre nous et le pouvoir est exercé à tour de rôle par chacun des membres du conseil des échevins.

De même, la culture marchande de notre confrérie nous oriente vers une démarche pragmatique. Peu nous chaut les textes juridiques longs et archi détaillés (pour cela, référez-vous à notre succincte Convention des échevins qui suffit à faire fonctionner nos "institutions"). Le traité est néanmoins utile, et même plus qu'utile ... et nous reconnaissons les efforts et le dévouement de ceux qui participent à sa difficile gestation.

La période troublée que nous traversons actuellement en terre du milieu n'est guère favorable au développement d'un commerce prospère. Du moins c'est le cas sur la voie commerciale qui était la notre, entre la Comté et les villes de Dale ou Esgaroth. On le constate chaque jour : plus on s'éloigne de Bree, plus les dangers sont grands, voir insurmontables. Cela n'empêche pas de faire un peu de commerce et d'artisanat ici et là localement, mais cela n'a plus du tout la même portée qu'autrefois.

Du fait des circonstances donc, l'ordre des priorités a changé. Il ne s'agit plus de protéger des convois, mais bel et bien de repousser l'ombre qui s'étend depuis le nord et nous menace directement après avoir anéanti notre commerce. Nous sommes bien conscients de notre faiblesse, et l'alliance elle même doit encore se renforcer pour oser imaginer offrir une réponse crédible.

Nous considérons donc ce traité comme un acte fondateur, et qui va bien au delà d'une simple association de boutiquiers. C'est bien pour cela que nous en avons reconnu la nécessité lorsque nous nous sommes joints à vous. C'est aussi pour cela qu'il nous est apparu nécessaire de commencer le traité par un Préambule qui fixe tout simplement la raison d'être de l'alliance. Certains d'entre nous vont même jusqu'à ajouter que cet article justifie leur foi dans notre alliance, la volonté à la soutenir et leur espérance dans le combat que nous avons à mener.

Vive Les Lueurs Nomades !
Vive l'Eriador !
Vive les Peuples Libres !

Bien chaleureusement à vous tous, nos chers alliés.

Medneth Selgran
Echevin

Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Lun 22 Nov 2010 - 18:37

giritadan a écrit:

*Prend une pile de parchemins et de quoi écrire*

Chers alliés,notre confrerie prend de l'age.Notre confrerie aident les peuples libres depuis de nombreuses lunes.
Il serai bien de fêter ca dignement,je vous propose donc une belle soirée dans notre Halle du dragon.
Avec musique,boustifaille et danse et petits jeux de traduction elfiques.

Je vous convie dans cinq jours au crepuscule a la Halle du dragon éteint.
9,rue des chataîgners.Quartier de placeville dans le pays de bree.

*Envoi une missive a tous les dirigeants de confrerie de l'alliance.

[hrp]La date precise est le27/01/2008 a 17h30
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Sam 4 Déc 2010 - 0:06

astarot a écrit:

Le retour du filou
A Falathlorn, chez khiara et Astarot. Le jeune champion était dans le jardin, il enlevait soigneusement les mauvaises herbes.

Syrio ( avec son sourire taquin habituel) : Oye ! Toujours dans ton jardin Asta, fait gaffe à force de jardiner, tu vas avoir la main de la couleur d'un gobelin.

Astarot
( en souriant ): Toujours le mot pour rire. Alors, comment ça s'est passée ?

Syrio
( lui montre son poignet gauche ) : Bah ... La routine je dirais.

Astarot : Des soucis encore ?

Syrio
( en rigolant ) : Tu me connais, je n'y comprends rien en magie, mais je crois qu'on en a fini hier soir.

Astarot : Bien ... Sinon, si tu as des soucis, tu sais que tu peux compter sur moi. Ne me refais pas le coup de la dernière fois.

Syrio
( en souriant ) : Oui oui promis papa !

Astarot en profita pour s'éponger le front.

Syrio : Et toi avec les Lannister ? Tu en es où ? Tu sais que la vieille sorcière ne te lâchera plus jamais.

Astarot
( avec un air moins joyeux ): Qu'elle aille au diable !

Syrio : Oh oh ... Alors ? Toi tu me caches quelque-chose.

Astarot : Rien de spécial, je t'assure.

Syrio : Tu mens très mal mon petit Astounet. Je te connais bien. Si tu as des ennuis, tu sais que tu pourras compter sur moi !

Astarot
( avec sourire timide ) : Je sais bien.

Syrio : D'ailleurs, tu ne te ramollis pas à force de passer ton temps à jardiner comme ça ?

Astarot : Non, au contraire, ça me calme. Depuis des mois, je vis une vie paisible avec Khiara et ...

Le regard du champion changea pour devenir celui d'un fauve enragé.

Astarot : Tous ceux qui voudront détruire notre bonheur, je les annihilerai !!

Syrio ( surpris ) : Je vois ... ne t'énerve pas Asta. Je retire ce que j'ai dit, tu ne t'es pas ramolli.

Au contraire ... Tu m'as l'air encore plus déterminé qu'avant ... Ca promet !! Il va y avoir le feu chez les Lannister.

Syrio ( en changeant de sujet ) : Bien, je compte rester une petite semaine, ça ne vous dérange pas ?

Astarot : Non, tu es le bienvenue. Tu n'es pas pressé de retrouver la petite ?

Syrio : Si elle me manque énormément. C'est fou ! Grâce à mon nouveau travail, je peux passer beaucoup de temps avec elle et c'est un véritable bonheur.

Astarot
( en souriant ) : Et ben, te voilà un vrai papa gâteau.

Syrio : Oui tu l'as dit, avec l'aide de ta mère, on va faire en sorte que je puisse devenir son tuteur légal.

Astaort : Bien ! Tu fais ça dans les règles pour une fois.

Syrio : Tu peux parler monnnnsieur le rebelle de la cour du Gondor.


Ils se mirent tous les deux à rigoler.

Astarot : Tu ne changeras jamais, ça me fait plaisir de discuter avec toi.

Syrio : Merci !

Astarot : Alors, dis-moi, comment vont Mésalyne et Gwael ?

Syrio : Bah comme d'hab, égalent à elles-mêmes.

Astarot
( air innocent ) : Je vois ... Et ? Tu ne cherches pas à renouer avec Mésalyne ?

Syrio
( en souriant ) : Mais dis moi m'ssire Todbringer ? Depuis quand tu te mets à jouer les commères ?

Astarot
( en faisant une grimace humoristique ) : Je me tiens au courant c'est tout.

Syrio : Avec Mésalyne, on est amis et la situation ne changera pas, tant qu'elle continuera à chercher la connaissance et tous les trucs de magies. Enfin, tu vois quoi ?

Astarot : Oui, je vois. Je suis content, que vous soyez restés amis.

Syrio : Oui, je l'aime beaucoup, d'ailleurs c'est pour ça que je suis venu en vitesse.

Astarot : Bien et maintenant ?


Syrio : Maintenant ? Et bien ... Tu vas rire !

Astarot ( suspicieux ) : Oui ? Dis moi tu m'inquiètes déjà ...

Syrio : J'emmène Gwael faire du tourisme au Gondor ! Un petit séjour pour qu'elle puisse se changer un peu les idées, tu vois ?


Astarot ( en rigolant ) : Ouais ...Je vois. Tu aimes bien les petites magiciennes oui !

Syrio : Rohhhhh ! Même pas vrai !

Syrio devint sérieux l'espace d'un instant.

Syrio : Je n'aime pas voir les gens que j'apprécie souffrir. Il est grand temps que le bon Syrio s'occupe de dame Gwael.

Astarot se prend la tête dans ses mains.

Astarot : Ca promet ! J'espère que tu y arriveras mon ami. S'il y a bien une personne qui peut le faire c'est bien toi.

Syrio : Merci ! Je vais utiliser la méthode EGH !

Astarot : la quoi ?


Syrio ( en rigolant ) : La méthode EGH ... Ecoute, Gentillesse et Humour. C'est moi qui l'ai inventé ! Elle a été breveté par la chambre du commerce du Gondor

Astarot
( en rigolant ) : Tu es complètement fou. C'est pour ça que je t'adore, espèce de filou.

Syrio : Bon allez, je vais te filer un coup de main pour désherber ton jardin. Sinon demain tu y seras encore !

Astarot
( en souriant ) : Merci ! C'est parti ...

_________________
- Officier du Dragon Eteint

"L’épée est comme un oiseau : serrez-la avec excès et ça l’étrangle, ne serrez pas assez et elle s’envole"

"L'épée a des secrets infinis ; elle se transforme sous la main qui la guide ; agile, attentive, souple, intelligente, elle obéit à la moindre indication de la pensée."
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Sam 4 Déc 2010 - 0:08

gwael a écrit:

Fragment de vie

Voici un petit texte d'ambiance pour la soirée de jeudi. si les protagonistes cités veulent que je modifie une partie du texte, dites le moi rapidement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Du sang, de l’or et de l’eau

L’homme jeta furtivement un coup d’œil derrière lui. Apparemment, la ruelle était vide et personne ne le suivait. Beaucoup se seraient interrogés de voir Tar-Girith, le fils du roi, se promener si tard dans les rues de Numénor. Il frappa trois coups brefs sur la porte, puis deux coups plus sourds et attendit un moment. La porte s’ouvrit alors, et l’homme s’engouffra dans le bâtiment.

« Voila, je vais pouvoir commencer la fabrication. Etes-vous satisfait des moules ? Le motif vous convient-il ? » dit le nain au visage buriné.
Tar-Girith examina attentivement les motifs, en particulier les arbres qui se détachaient nettement du médaillon. « Oui, je crois que cela conviendra parfaitement, vous allez pouvoir couler les médaillons ».
Alors que le nain se baissait pour poursuivre son travail, son regard fut attiré par un éclat brillant. Relevant la tête, il vit Tar-Girith abaisser une dague fine et tranchante d’un geste sec. Sous les yeux de Tar-Girith, le sang se mélangea à l’or en fusion.

Trois jours plus tard, les vagues rayèrent définitivement Numénor des terres du milieu, effaçant pour longtemps cette race fière et souvent prétentieuse. Juste avant ce déluge, un navire chargé de vingt médaillons accosta les terres du milieu. Sa cargaison constituerait le signe de reconnaissance des membres d’Itila Cala.

La prophétie

La vieille femme vivait dans une hutte qui surplombait le village. Non qu’elle se sentait supérieure aux autres, mais cela venait plutôt du fait qu’elle les dérangeait. Très vite, les villageois lui avaient fait comprendre que sa présence au village était indésirable, et que si elle allait vivre un peu plus loin, cela arrangerait tout le monde. Ces journées étaient rythmées par sa quête inlassable de telle ou telle plante, insectes ou batraciens, qu’elle conservait soigneusement dans des bocaux. La solitude était sa meilleure amie, et les seules fois ou elle avait de la visite, c’était pour soigner des femmes du village dont l’état de santé était critique, la peur de la mort étant la seule force capable de donner courage aux villageois au point de la rencontrer.
Aussi ce jour là fut-elle étonnée lorsqu’elle entendit toquer à sa porte. Une jeune femme aux cheveux rasés s’approcha, tenant un nourrisson emmailloté dans ces bras.
« Mon bébé, il va mourir ! » s’écria la femme affolée
Regardant de plus près, la vieille femme vit un filet de sang épais s’échapper de la tête du nourrisson. Prenant de l’eau dans une cruche, elle nettoya la plaie à l’aide d’un tissu presque propre, et distingua les traces caractéristiques d’une morsure de ouargue. Que cet enfant puisse encore vivre constituait un véritable défi aux lois de la médecine. Elle s’affaira alors sur le bébé, en posant un cataplasme de plantes médicinale sur les plaies afin qu’elles ne s’infectent pas, et en lui faisant avaler une décoction pour améliorer la résistance de l’organisme après une telle perte de sang.
« Mon fils va-t-il survivre ? Dites-moi qu’il survivra ! » implora la jeune femme
La vieille dévisagea le nourrisson un long moment, puis se tourna vers la femme. « S’il survivra ? Rassurez vous il survivra, car nulle plante, nul animal, nul être humain, hobbit, nain, elfe ni rien de ce qui existe sur les terres du milieu n’ôtera la vie de votre fils, et vous serez la première à le regretter ».

Le lendemain, la jeune femme pris le bateau en direction du Gondor ou l’attendait son mari. Dans ses langes, le petit Demetek contemplait les terres qui disparaissaient à l’horizon, sachant déjà qu’il y reviendrait un jour…

Pleurs

La maison était plongée dans le calme de la nuit, et l’agitation coutumière des rues marchandes de Gondor avait cessé le temps de cette trêve nocturne. Toute la maison était endormie, mais au fond de son lit, la jeune fille avait un sommeil agité « Maman !! Non maman !! C’est un piège !! ». Ses cris montèrent dans les aigus avant de se transformer en pleurs. Bientôt, on entendit du bruit dans la maison, sans doute un adulte réveillé au milieu de ses rêves et tâtonnant pour trouver la porte et traverser le couloir menant à la chambre de la jeune fille.
Lorsqu’il parvint à la porte de la chambre, il passa la tête et entendit :
L comme Larme,
M comme Mesalyne,
N comme Non,
O comme Ours,
P comme Prince,


Rassuré, l’homme susurra : « Dors bien Héléna » et retourna vers son lit, et ses rêves un moment délaissés.

Rencontre nocturne

La nuit était déjà tombée depuis fort longtemps sur ce quartier de la comté. L’homme sorti son attirail du parfait cambrioleur et demanda à son compagnon : « C’est bien ici ? ». « Oui » répondit l’autre, beaucoup plus âgé et reposant le poids des années sur un bâton de frêne, « 4 cour des myrtes, c’est bien là ! ».
La serrure ne résista pas longtemps au soin de ce cambrioleur expert.
A partir de ce moment, les deux hommes ne dirent plus un mot, se contentant de se parler par signes. A peine entrés, ils entendirent le bruit de la respiration d’un dormeur. Le second fit le signe « 2 » de la main au premier, qui faillit trébucher dans la table du petit déjeuner en voyant ce signe. Ils sortirent de la pièce avant de prendre prudemment le couloir à gauche descendant vers la chambre.

Le feu de cheminée diffusait une faible lueur chaude dans la pièce, largement suffisante aux deux hommes pour voir le grand lit, dans lequel dormait Enge, la tête posée contre l’épaule d’Indrazor.
« Non ! » s’écria le cambrioleur en s’avançant alors vers Indrazor, sa dague empoisonnée pointée en direction du torse du dormeur.
Réveillée par le bruit, Enge ouvrit les yeux et croisa le regard du cambrioleur. Même grimé ainsi, elle le reconnaissait : « Demetek ! ». L’homme ne put s’empêcher de regarder Enge un instant et…la suite fut si rapide que nul ne put esquiver le moindre geste. Un flash lumineux violent illumina la pièce obligeant Enge et Indrazor à se protéger les yeux avec leurs mains, et l’instant d’après, l’obscurité revint dans la pièce, mais les deux agresseurs avaient disparus.

Faim

L’être se tordait de douleur, condamné à vivre pour l’éternité dans cette prison déserte, sans barreaux et infinie. La douleur était atroce, lancinante et perpétuelle, et elle se traduisait chez lui par des sensations simples et terribles « faim », « liberté », « faim »…
Ces sentiments était décuplés par le fait qu’il avait gouté le paradis avant d’être emprisonné ici, ce paradis ou tout vous est offert, vous n’avez qu’à vous servir… Rien que d’y penser, la douleur s’intensifia et devint paroxysmique… « faim »… « liberté »…
Il songea un moment à se dévorer lui-même, espérant ainsi combler cette faim insatiable, mais il savait très bien que cela ne le mènerait nulle part.
« faim »… « liberté »…
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Sam 4 Déc 2010 - 0:20

gudrimhid a écrit:

Naissance d'une alliance
Assis près d'un feu, un vieil homme regardait les étoiles.
Tous ces points lumineux dans ce ciel noir lui rappelaient une histoire. En repensant à tout ça, il sourit.

Machinalement il commença à raconter cette légende.
" Voilà plusieurs années, alors que l'ombre commençait à se répandre sur nos terres, que le désespoir gagnait le coeur des plus courageux, une chose étrange arriva.

Un matin, alors que le soleil venait de se lever, les âmes de personnes valeureuses, virevoletant comme des feux-follets, commençèrent à explorer le monde de la terre du milieu et comme attirées, se dirigèrent vers le nord, vers l'Eriador.
Il s'est dit aussi qu'aucune force ne pouvait leur résister, leur éclat éblouissant l'ennemi de leur courage et de leur pureté.
Pourtant, ils n'arrivaient pas à défaire l'ombre et doucement, leur lumière commença à vaciller.
Leur destin n'était pourtant pas de disparaître.
Durant une nuit sans lune, les feux-follets se rassemblèrent pour ne former qu'une lumière, une lueur qui allait parcourir ces terres désolées et combattre.

De village en village, de ville en ville, une rumeur naquit, la lueur nomade était là pour les protéger."

L'homme sourit tendrement en repensant à tout ça.
" Une vieille histoire tout cela."
Il regarda une dernière fois le ciel étoilé.
Lentement, il s'allongea, ferma doucement les yeux.
Et partit rejoindre les lueurs qui l'attendaient.
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mer 29 Déc 2010 - 16:57

gwael a écrit:

Fragments de vie - toute l'histoire

Ce post regroupe l'ensemble de l'histoire de fragments de vie...

Merci aux différents acteurs, par ordre alphabétique :
Enge, Indrazor, Mesalyne, Syrio et Yetou.
Merci aussi à Viperine, qui n'est pas la, mais plane sur ce récit!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Du sang, de l’or et de l’eau

L’homme jeta furtivement un coup d’œil derrière lui. Apparemment, la ruelle était vide et personne ne le suivait. Beaucoup se seraient interrogés de voir Tar-Girith, le fils du roi, se promener si tard dans les rues de Numénor. Il frappa trois coups brefs sur la porte, puis deux coups plus sourds et attendit un moment. La porte s’ouvrit alors, et l’homme s’engouffra dans le bâtiment.

« Voila, je vais pouvoir commencer la fabrication. Etes-vous satisfait des moules ? Le motif vous convient-il ? » dit le nain au visage buriné.
Tar-Girith examina attentivement les motifs, en particulier les arbres qui se détachaient nettement du médaillon. « Oui, je crois que cela conviendra parfaitement, vous allez pouvoir couler les médaillons ».
Alors que le nain se baissait pour poursuivre son travail, son regard fut attiré par un éclat brillant. Relevant la tête, il vit Tar-Girith abaisser une dague fine et tranchante d’un geste sec. Sous les yeux de Tar-Girith, le sang se mélangea à l’or en fusion.

Trois jours plus tard, les vagues rayèrent définitivement Numénor des terres du milieu, effaçant pour longtemps cette race fière et souvent prétentieuse. Juste avant ce déluge, un navire chargé de vingt médaillons accosta les terres du milieu. Sa cargaison constituerait le signe de reconnaissance des membres d’Itila Cala.

La prophétie

La vieille femme vivait dans une hutte qui surplombait le village. Non qu’elle se sentait supérieure aux autres, mais cela venait plutôt du fait qu’elle les dérangeait. Très vite, les villageois lui avaient fait comprendre que sa présence au village était indésirable, et que si elle allait vivre un peu plus loin, cela arrangerait tout le monde. Ces journées étaient rythmées par sa quête inlassable de telle ou telle plante, insectes ou batraciens, qu’elle conservait soigneusement dans des bocaux. La solitude était sa meilleure amie, et les seules fois ou elle avait de la visite, c’était pour soigner des femmes du village dont l’état de santé était critique, la peur de la mort étant la seule force capable de donner courage aux villageois au point de la rencontrer.
Aussi ce jour là fut-elle étonnée lorsqu’elle entendit toquer à sa porte. Une jeune femme aux cheveux rasés s’approcha, tenant un nourrisson emmailloté dans ces bras.
« Mon bébé, il va mourir ! » s’écria la femme affolée
Regardant de plus près, la vieille femme vit un filet de sang épais s’échapper de la tête du nourrisson. Prenant de l’eau dans une cruche, elle nettoya la plaie à l’aide d’un tissu presque propre, et distingua les traces caractéristiques d’une morsure de ouargue. Que cet enfant puisse encore vivre constituait un véritable défi aux lois de la médecine. Elle s’affaira alors sur le bébé, en posant un cataplasme de plantes médicinale sur les plaies afin qu’elles ne s’infectent pas, et en lui faisant avaler une décoction pour améliorer la résistance de l’organisme après une telle perte de sang.
« Mon fils va-t-il survivre ? Dites-moi qu’il survivra ! » implora la jeune femme
La vieille dévisagea le nourrisson un long moment, puis se tourna vers la femme. « S’il survivra ? Rassurez vous il survivra, car nulle plante, nul animal, nul être humain, hobbit, nain, elfe ni rien de ce qui existe sur les terres du milieu n’ôtera la vie de votre fils, et vous serez la première à le regretter ».

Le lendemain, la jeune femme pris le bateau en direction du Gondor ou l’attendait son mari. Dans ses langes, le petit Demetek contemplait les terres qui disparaissaient à l’horizon, sachant déjà qu’il y reviendrait un jour…


Lettre de gwael à Syrio

Cher Syrio,

Je vous écrits dans votre retraite du Gondor pour implorer votre aide. La vie de Mesalyne dépend de vous et si vous ne venez point à mon aide, la petite Héléna riqsue de perdre sa "maman".
Je vous attendrai à la folie de Bronwé,

Votre amie,

Gwael

Pleurs

La maison était plongée dans le calme de la nuit, et l’agitation coutumière des rues marchandes de Gondor avait cessé le temps de cette trêve nocturne. Toute la maison était endormie, mais au fond de son lit, la jeune fille avait un sommeil agité « Maman !! Non maman !! C’est un piège !! ». Ses cris montèrent dans les aigus avant de se transformer en pleurs. Bientôt, on entendit du bruit dans la maison, sans doute un adulte réveillé au milieu de ses rêves et tâtonnant pour trouver la porte et traverser le couloir menant à la chambre de la jeune fille.
Lorsqu’il parvint à la porte de la chambre, il passa la tête et entendit :
L comme Larme,
M comme Mesalyne,
N comme Non,
O comme Ours,
P comme Prince,


Rassuré, l’homme susurra : « Dors bien Héléna » et retourna vers son lit, et ses rêves un moment délaissés.


Lettre de Liniel à Mesalyne

Chère Madame,

Bien que nous ne nous connaissons pas, je me permets de vous faire parvenir ce courrier, car un de mes aides bibliothécaire a trouvé la mort, près de fondcombe, sans doute assassiné par des brigands. quel rapport avec vous me direz vous ? Notre enquête a montré qu'il avait prété un livre à un nommé Gudrimhid : c'était un livre en langage adunaic intitulé "des sortilèges et des médaillons" et qui date de ... de Numénor. En fouillant les affaires de notre aide bibliothécaire, nous avons retrouvé un texte demandant de prévenir Mesalyne à Bree s'il lui arrivait quelque chose.
J'ai envoyé cette lettre à l'auberge du Poney fringuant à Bree, et c'est sans doute eux qui vous l'on remis.

Liniel,
Bilbliothécaire à FondCombe

Réunion de confrérie : le médaillon

Avant cette réunion de confrérie, Gwael envoya un message avec un médaillon à Mesalyne. Elle demanda à Mesalyne de porter ce médaillon lors de la cérémonie, et de le mettre en évidence afin qu'Enge le remarque.

Dès que Mesalyne attacha le médaillon à son cou, elle sentit aussitôt qu'lle ne voudrait jamais l'enlever, et même, qu'elle serait prête à tuer celui qui essayerait de le faire.

Durant cette soirée, qui fut marquée par l'officialisation des relations entre Indrazor et Enge, Gwael but plus que de raison et fut ramenér chez elle par Yetou et Mesalyne.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Lettre de Thorod à Enge

Chère Dame Enge,

Vous avez du remarquer l'absence hier de Dame Ephemeria. Il s'est produit un évènement grave que je me dois de vous narrer. Alors que je me promenais, j'ai entendu des bruits et je suis entré pensant vous trouver dans la maison de confrérie. J'ai entendu des bruits étouffés dans le bureau et j'ai trouvé Dame Ephemeria ligotée et bâillonnée, et un homme s'affairant sur la cassette en bois. J'ai pu faire fuir ce mécréant et libérer Dame Ephemeria, à qui j'ai donné sa journée de congé. Dame Ephemeria m'a confirmé que rien n'a été volé.

Méfiez-vous, il se passe des évènement graves !

Thorod

PS : Gwael tient très bien l'alcool, ne vous fiez pas aux apparences...


Rencontre nocturne

La nuit était déjà tombée depuis fort longtemps sur ce quartier de la comté. L’homme sorti son attirail du parfait cambrioleur et demanda à son compagnon : « C’est bien ici ? ». « Oui » répondit l’autre, beaucoup plus âgé et reposant le poids des années sur un bâton de frêne, « 4 cour des myrtes, c’est bien là ! ».
La serrure ne résista pas longtemps au soin de ce cambrioleur expert.
A partir de ce moment, les deux hommes ne dirent plus un mot, se contentant de se parler par signes. A peine entrés, ils entendirent le bruit de la respiration d’un dormeur. Le second fit le signe « 2 » de la main au premier, qui faillit trébucher dans la table du petit déjeuner en voyant ce signe. Ils sortirent de la pièce avant de prendre prudemment le couloir à gauche descendant vers la chambre.

Le feu de cheminée diffusait une faible lueur chaude dans la pièce, largement suffisante aux deux hommes pour voir le grand lit, dans lequel dormait Enge, la tête posée contre l’épaule d’Indrazor.
« Non ! » s’écria le cambrioleur en s’avançant alors vers Indrazor, sa dague empoisonnée pointée en direction du torse du dormeur.
Réveillée par le bruit, Enge ouvrit les yeux et croisa le regard du cambrioleur. Même grimé ainsi, elle le reconnaissait : « Demetek ! ». L’homme ne put s’empêcher de regarder Enge un instant et…la suite fut si rapide que nul ne put esquiver le moindre geste. Un flash lumineux violent illumina la pièce obligeant Enge et Indrazor à se protéger les yeux avec leurs mains, et l’instant d’après, l’obscurité revint dans la pièce, mais les deux agresseurs avaient disparus.

Le lendemain, Enge recevait la lettre suivante :

Chère Enge,

Nous nous connaissons bien même si nos rencontres furent des plus brèves. La dernière m'a beaucoup déçue !
Avant 10 jours, j'aurais tué Indrazor, ce moins que rien.

Votre ami,
Demetek

Lettre du scribe Etheniel à Enge

Chère madame,

Vous m'avez emprunté il y a déjà un mois une copie du manuel de traduction Adunaic / Westron. Comme je vous l'avez indiqué, il ne s'agit que d'un prêt et j'attends de votre part que vous nous retourniez ce document sous quinzaine, faute de quoi je me verrai contraint de garder le dépôt de garantie de 500 pa.

Etheniel,
Scribe

Faim

L’être se tordait de douleur, condamné à vivre pour l’éternité dans cette prison déserte, sans barreaux et infinie. La douleur était atroce, lancinante et perpétuelle, et elle se traduisait chez lui par des sensations simples et terribles « faim », « liberté », « faim »…
Ces sentiments était décuplés par le fait qu’il avait gouté le paradis avant d’être emprisonné ici, ce paradis ou tout vous est offert, vous n’avez qu’à vous servir… Rien que d’y penser, la douleur s’intensifia et devint paroxysmique… « faim »… « liberté »…
Il songea un moment à se dévorer lui-même, espérant ainsi combler cette faim insatiable, mais il savait très bien que cela ne le mènerait nulle part.
« faim »… « liberté »…

Lettre de Demetek à la caravane des vents

Chère Madame,

Je sais que vous disposez de dossiers sur Enge, de la confrérie Itila Cala, établis entre autre par un ancien membre de votre confrérie.
Je vous somme de m'envoyer au plus vite ces dossiers, faute de quoi je mettrai en œuvre les moyens dont je dispose pour nuire à votre caravane marchande, ce qui nous vous ni moi ne souhaitons.

Demetek

Postant la lettre à la boite au lettre devant l'auberge du Poney Fringuant, Demetek s'imagina la réaction de Clothild à cette missive. Traiterait-elle la demande par le mépris, obtempèrerait-elle ou prendrait-elle des mesures pour lui nuire ? Le plus probable était qu'elle ne fasse rien, les marchands étant généralement des gens mollassons qui portent le verbe haut, mais gardent l'épée dans son fourreau, de peur de prendre un mauvais coup. Anticipant cette réaction, il posta également un seconde lettre. C'était finalement très facile de nuire à des marchands, car seule leur réputation leur garantit de vendre, et rien n'est plus facile à salir qu'une réputation.
Et puis, les activités très spéciales de la caravane des vents lui faciliteraient la tâche.
Il scella son cheval et repris la route vers l'Angmar.

Lettre de Gwael à Enge

Chère Enge,

Retrouvez moi à la folie de Bronwe, l'avenir d'Itila Cala et la survie de ses membres se décideront en cet endroit,

Votre amie,

Gwael

Lettre de Gwael à Mesalyne

Chère Mesalyne,

Si vous voulez tout savoir sur ce médaillon que vous portez, et assurer le bonheur d'Héléna, rendez vous à la folie de Brönwe, je vous expliquerai tout,

Votre amie,

Gwael

Seconde lettre de Gwael à Enge

Chère Enge,

Même si tous les faits semblent être contre moi, je vous supplie de me faire confiance. Ce que je fais, je ne le fais pas pour moi mais pour la survie de la confrérie.

Votre amie,

Gwael
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mer 29 Déc 2010 - 16:58

Citation :

Le
soir, à la folie de Brönwe, Gwael attend tous les protagonistes, qui
arrivent séparément.


Gwael :
‘Bonsoir Mesalyne‘
Vous vous inclinez bas devant Mesalyne.
Mesalyne : ‘que signifie tout ceci?‘
Gwael : ‘Vous êtes la première...‘
Gwael : ‘Ceci... je vais vous le dire‘
Gwael : ‘Mais attendons les autres, car je ne
vais pas répéter trois fois‘
Mesalyne se tient sur ses gardes
Vous vous inclinez.
Indrazor dit : 'bonsoir mesdames'
Gwael : ‘Bonsoir enge et Indrazor‘
Mesalyne : ‘bonsoir...‘
Enge regarde Gwael puis Mesalyne.
Enge s'incline bas.
Gwael pose un sac qui sent vraiment mauvais au pied d'un pillier
Gwael : ‘je crois que je vous dois quelques
explications‘
Mesalyne : ‘non vaiment?‘
Enge penche légèrement la tête sur le côté sans répondre.
Indrazor trouve Mesalyne moins jolie une fois habillée
Gwael : ‘ne croyez pas que ce soir facile pour
moi Mesalyne‘
Gwael : ‘Avez vous votre medaillon ?‘
Mesalyne : ‘oui...‘
Gwael regarde Mesalyne
Mesalyne ôte son écharpe
Gwael : ‘Donnez le moi !‘
Enge fronce les sourcils.
Mesalyne : ‘je...non‘
Gwael : ‘Allez...‘
Mesalyne : ‘non !‘
Gwael : ‘Voyez vous, je serai tout aussi
incapable de vous donner le mien‘
Indrazor observe la scène d'un regard discret et s'occupe plutôt de
surveiller les alentours
Enge : 'Gwael ? M’avez vous fait venir pour
assister à une dispute ?'
Gwael : ‘Une dispute... pas vraiment... Sachez
que l‘une comme l'autre, nous vous tuerions si vous essayez de prendre
notre médaillon'
Enge hausse un sourcil.
Gwael : ‘ces médaillons sont maudits !‘
Gwael : ‘Et par quelqu’un que vous connaissez
bien enge !'
Mesalyne : ‘elle....je ne sais pas ce que c‘est
mais je ne peux pas le retirer et c'est elle qui me l'a donné !!'
Gwael : ‘Oui c‘est moi, il fallait que je sache'
Enge : ‘Gwael, vous savez mieux que personne que
ces médaillons ne se donnent qu‘à nos membres...'
Gwael : ‘Oui je le sais, mais vous souvenez vous
de l‘histoire que vous a raconté Thorod ?'
Enge croise les bras, réfléchissant.
Gwael regarde enge attentivement
Gwael : ‘une fabrique de médaillon, ça ne vous
dit rien ?‘
Syrio se dit que c'est haut ce truc !!
Enge : ‘Gwael, vous avez beau être mon second, il
y a certaines choses dont je ne vous ai pas parlé‘
Indrazor aperçoit un homme
Gwael : ‘Certes, mais il m‘a tout dit'
Enge se tourne vers le bruit.
Gwael : ‘Bonsoir Syrio !‘
Gwael s’incline bas devant Syrio.
Syrio regarde tout le monde
Mesalyne sursaute
Mesalyne : ‘toi? !‘
Syrio: ‘Bonsoir tout le monde‘
Indrazor porte la main à son épée
Syrio reprend son souffle
Enge regarde le nouveau venu.
Gwael : ‘N‘ayez crainte Indrazor, c'est un ami'
Mesalyne : ‘oui‘
Syrio est surpris de voir autant de monde
Indrazor relâche doucement la garde
Gwael : ‘Comme je vous disais Enge, ces
médaillons ne sont pas ceux de notre confrérie, depuis la nuit des temps
!‘
Enge regarde Indrazor en hochant négativement la tête, discrètement
Gwael : ‘Mais je pense qu‘Indrazor et Syrio ne
doivent pas nous comprendre'
Syrio est crasseux et crevé
Indrazor : ‘en effet‘
Gwael : ‘Peut être devriez vous leur expliquer ce
que sont ces médaillons enge‘
Enge : ‘Syrio ? Gwael... si vous me présentiez
votre ami...‘
Syrio: ‘Heuu ... suis-je bien sur d‘être au bon
endroit ??'
Indrazor se retourne vers Enge
Enge : ‘Gwael ! *tranchante* cela doit rester
entre nous‘
Gwael : ‘J’ai peur que nous n'ayons guère le
temps pour les présentations, et il est un moment ou il n'y a plus de
secret a avoir'
Indrazor secoue la tête et se détourne d'elle
Mesalyne : ‘Enge que vous le vouliez ou nous je
suis tout aussi concernée et je tiens à savoir pourquoi j‘ai ce truc
maudit autour du cou !'
Enge : ‘ça c‘est à moi d'en décider'
Syrio se demande s'il a bien lu la lettre
Gwael : ‘Je vais être claire avec Vous Enge, ces
médaillons sont des faux fabriqués par Demetek, mais savez vous
seulement qui possède un vrai et qui possède un faux ?‘
Enge : ‘Gwael ? C‘est vous qui m'avez formé ?'
Gwael : ‘oui, mais l‘élève a dépassé le maître,
enfin la maîtresse'
Syrio: ‘hummm‘
Enge : ‘Et ce maudit talent pour le secret que
vous m‘avez transmit... vous l'avez mis aux orties ? !'
Gwael : ‘Dites leur Enge, ou je serais oblige de
le révéler a votre place‘
Indrazor sent la colère monter en lui et serre les poings pour la
canaliser
Gwael regarde Enge fixement
Syrio: ‘Je ne suis pas sûr de tout comprendre là
... je crois que mon analfabétisme me joue encore des tours‘
Enge : ‘je ne dirais rien à quiconque ici que je
ne reconnaîtrait pas comme un de mes membres‘
Mesalyne : ‘cela est rassurant Enge...et motivant
pour sure‘
Gwael : ‘Pour être très clair Syrio, Mesalyne et
moi avons des amulettes qui sont maudites, et la tombe risque d‘être une
douce fin a coté de ce qui nous attend'
Mesalyne : ‘je ne comprend rien de plus Syrio
crois moi ....‘
Enge : ‘Ce qui fait ici deux personnes en trop‘
Indrazor préfère ne rien dire et s'éloigne un peu
Syrio: ‘hein ????‘
Gwael : ‘Je vais vous parler des amulettes
puisqu’Enge ne souhaite pas le faire‘
Enge : ‘Gwael !!!‘
Indrazor se retourne vers Gwael
Gwael : ‘vous comprendrez mieux ce qui se passe‘
Enge : ‘Cela suffit *menaçante*‘
Syrio: ‘heuu si je porte un truc maudit,
j‘aimerais être au courant !! ‘
Enge : ‘Vous avez interdiction de dévoiler les
secrets de la confrérie, c‘est un serment que vous avez prêté'
Mesalyne : ‘"Des amulettes et des sortilèges"
cela vous parle Enge?‘
Gwael : ‘Vous connaissez ce livre Mesalyne ? Ou
l’avez vous vu ?'
Enge : ‘Gwael...‘
Gwael : ‘oui ?‘
Mesalyne : ‘je sais juste que Gudrimhid l‘a
eu...je sais juste qu'un bibliothécaire de Fondcombe avait mon nom dans
ces affaires et que celui ci est mort !'
Mesalyne : ‘je n‘ai jamais eu aucun lien avec
Fondcombe....'
Gwael : ‘C‘est étrange'
Indrazor passe la main son corselet et tripote le médaillon*
Gwael : ‘je possède ce livre Mesalyne, Gudrimhid
me l‘a envoyé'
Syrio se gratte la tête
Mesalyne : ‘je n‘y comprends rien....'
Syrio: ‘Moi aussi‘
Mesalyne semble épuisée
Syrio: ‘c‘est quoi ce délire ???'
Gwael : ‘et il recèle des secrets sur ces
amulettes, les vrais comme les fausses‘
Mesalyne : ‘Connaisez vous un dénommée Liniel‘
Gwael : ‘Non qui est ce ? Et quel rapport ?‘
Enge assiste à tout ceci suffoquée.
Mesalyne : ‘Enge?‘
Syrio a fait une quantité folle de Km veut savoir maintenant
Gwael : ‘Laissez moi terminer Enge, si je parjure
et que j‘ai tord, libre a vous de me révoquer après'
Gwael : ‘Pour faire ces amulettes, leur créateur
doit verser son sang, ce qu‘a fait Tar Girith pour votre amulette Enge'
Syrio: ‘humm‘
Syrio pourquoi à chaque fois qu'il vient ici ça se termine comme ça ...
Mesalyne secoue la tête de dépit ...ne comprenant rien à tout
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mer 29 Déc 2010 - 16:59

Citation :

Gwael : ‘Ceci vous confère une protection contre la peur et vous permet de "sentir" lorsque d‘autre personnes portant ces amulettes sont proches de vous'
Indrazor se demande si son amulette contient du sang d'Enge
Gwael : ‘Pour essayer de faire simple, imaginez que ces amulettes sont les pièces de la maison de confrérie… Il existe un couloir reliant ces pièces, et l‘esprit de celui qui a versé son sang peut emprunter ce couloir pour "visiter" les pièces. Or les médaillons de Mesalyne et le mien, ont été fait a partir du sang de Demetek !‘
Mesalyne : ‘qui est ce? !‘
Syrio: ‘Et le mien ??‘
Gwael : ‘D‘ici peu, il pourra visiter les pièces... Vous comprenez enge ?‘
Syrio: ‘Excusez moi, mais je suis un peu pas très doué en magie‘
Gwael : ‘Détrompez vous Syrio, vous allez être irremplaçable sous peu‘
Mesalyne regarde Enge
Syrio: ‘gnu ?‘ Syrio comprend vraiment pas grand chose, a t'il un médaillon ou pas ?
Gwael : ‘Si vous ne voulez pas que Mesalyne et Moi soyons possédées ou perverties par Demetek, il faut arriver a ôter ces médaillons‘
Syrio: ‘humm‘
Gwael regarde Enge
Mesalyne : ‘au risque d‘en mourir je présume?'
Gwael : ‘je ne vous cache pas qu‘il y a des risques, mais avec une maîtresse du savoir de la puissance d’Enge, les risques sont faibles'
Indrazor sort le pli qu'Enge lui a remis juste avant et le décachette pour le lire, puis il écrase la lettre dans sa main et se retourne pour voir les alentours. Il se dit que décidément beaucoup de personnes veulent sa mort…
Gwael : ‘Dans ce livre dont vous parliez Mesalyne, il existe une incantation pour détruire ces amulette. Mais seule Enge possède la puissance nécessaire pour lancer le sortilège et ce n‘est pas sans risque'
Mesalyne : ‘mais pourquoi moi? je n‘ai aucun lien direct avec vous...'
Gwael : ‘Soyez patiente, vous allez comprendre... mais il me faut d‘abord l'accord D'enge, sinon nous sommes condamnés vous et moi, et beaucoup d'autres de la confrérie'
Enge tente de contrôler la rage qui l'anime
Syrio: ‘Excusez moi dame Gwael‘
Mesalyne : ‘Enge aidez nous....‘
Syrio: ‘quel rôle dois-je jouer la dedans ?‘
Syrio: ‘Je ne suis pas un érudit… je ne suis pas fort… je sais à peine lire ... Alors comment pourrais je vous aider dans ces histoire de malédiction ?? Je ne refuse pas mon aide bien sur. Si vous êtes en danger je ferais ce que je pourrais *sourit* ‘
Gwael : ‘Je vous ai vu a l‘oeuvre Syrio, vous êtes plein de vie, ce qui est une qualité rare !'
Syrio: ‘Merci Dame Gwael‘
Enge glaciale : Mon accord, pour l‘instant vous ne l'avez pas. Tout comme vous ne l'aviez pas pour parler de tout ceci.'
Mesalyne : ‘Enge vous me condamnez !’
Gwael : ‘Avez vous le choix Enge, ce n‘est qu'une question de minutes, d'heures ou de jours avant que Demetek ne s'emparer de nos esprit. Le souhaitez vous ?' Qui dans la confrérie est condamné ? Yetou ? Anyssa ? Gaeryel ? Le savez vous ?‘
Enge : ‘Cela fait 3000 ans que nos préservons nos secrets, en y laissant nos vies.‘
Syrio compte sur ses doigts
Gwael : ‘il ne s‘agit pas de nos vies, mais de la survie de toute la confrérie !'
Mesalyne : ‘je ne dévoilerais rien mais pour un secret vous sacrifiez des vies?‘
Syrio: ‘3000 ans ça en fait du temps !‘
Gwael : ‘il n‘y a qu'un étranger ici, c’est Syrio, et je lui confierai ma vie Enge !'
Syrio se sent un peu génée
Mesalyne : ‘je lui ai déjà confié la mienne....‘
Syrio: ‘Merci de votre confiance Dame Gwael‘
Gwael : ‘Nous ne sommes pas dans les rues de Bree que diable ! Vous seule pouvez le faire, je vous aiderai, mais ma puissance est moindre‘
Gwael : ‘Quelle est votre décision Enge ?‘
Syrio se passe la main dans les cheveux et se dis quel bordel encore
Gwael sourit a syrio
Enge : ‘Pour l‘instant, la seule qui me vient à l'esprit Maîtresse du Savoir, c'est celle que j'aurais du prendre il y a des mois : Vous retirez des membres de notre organisation'
Gwael : ‘je l‘accepte des la fin de ceci !'
Syrio: ‘mmm‘
Indrazor ne semble plus reconnaître son Enge
Gwael : ‘Dites vous bien que chaque coup porté contre Demetek est un plus pour notre confrerie. Et qui sait, s‘il est éliminé...'
Syrio: ‘Si c‘est moi le problème, je ne dirais rien .... Je ne veux pas que dame Gwael se fasse évincé de votre confrérie'
Gwael : ‘Vous n‘êtes pas un problème Syrio, au contraire !'
Mesalyne se rapproche d'Enge
Enge : ‘Je ne prendrais aucune décision sans en avoir les éléments en main. Et certainement pas en présence d‘étrangers. Encore moins sous la pression, ni ici, ni maintenant‘
Mesalyne lui agrippe le bras
Enge retire vivement son bras, les yeux étincelants
Mesalyne : ‘me condamner ne vous fait donc ni chaud ni froid?‘
Syrio s'appuie contre le mur, il a les jambes crevées
Gwael : ‘la pression c‘est ceux qui ont le médaillon maudit qui l'ont Enge ! Chaque minute passée peut nous rapprocher de notre funeste destin ! Et les fameux secret de la confrérie, ils seront tous connus de Demetek alors ! A moins que vous ayez moins confiance en Syrio qu’en Demetek'
Indrazor aimerait aussi couper la tête de Demetek avant que celui ci n'essaie de couper la sienne
Enge tranchante : ‘Et j‘avoue me demander ce soir quelle foi je puis accorder à quelqu'un qui parjure ainsi le serment qu'il a fait de protéger les secrets de la confrérie au péril de sa vie s'il le faut.'
Gwael : ‘Il ne s‘agit pas de ma vie je vous l'ai dit, mais de celle de la confrérie, ainsi que de tout les secrets de cette confrérie'
Syrio se pose beaucoup de questions
Mesalyne : ‘j‘espère pour vous porter la mauvaise amulette Enge ...'
Enge : ‘Oui, j‘ai bien compris cela. En tout cas j'ai bien compris que c'est ce que vous voulez me dire.'
Indrazor s'approche
Gwael : ‘Enge, je finirai par croire que vous protégez Demetek ! Que vous arrive t‘il ? Comprenez mon choix : en trahissant un secret a Syrio, j‘évite qu'il soit connu de Demetek ! Quel est le moindre mal ?'
Mesalyne : ‘Peut on vous croire Gwael.....vous nous avez tellement menti‘
Gwael : ‘Vous me blessez Mesalyne, mais je vous comprend‘
Mesalyne : ‘vous me comprenez ? J‘en doute?'
Syrio: ‘En même temps elle m‘a aidé a te sauver la vie… ici même ...‘
Mesalyne : ‘cela n‘excuse en rien cela Syrio comprends tu qu'il se peut que je meurs sou peu de temps?'
Syrio: ‘Oui crois tu que j‘aurais traverser la moitié du continent !!!'
Mesalyne regarde Syrio attendrie par ses paroles...les yeux d'une tristesse profonde
Enge : ‘Vous n‘aviez qu'un seul choix Gwael... avant de vous lancer dans un tel déballage, c'était de venir me voir, et de me parler...'
Enge : ‘En procédant tel que vous venez de le faire, non seulement vous finissez de vous discréditez à mes yeux, mais vous ne réussissez qu‘à me pousser au refus'
Gwael : ‘Vous auriez refusé Enge, je vous connais, j‘ai pensé que seule la presence d'autres personnes vous permettrez de m'écouter'
Enge : ‘Et bien vous avez eu tord.‘
Gwael : ‘Enge, ce n‘est pas un jeu ! il s'agit de la vie de nombreuses personnes !'
Mesalyne : ‘Elle préfèrera nous condamner tous que de se parjurer...Gudrimhid a bien choisi....‘
Indrazor : ‘Bon ! Et si nous vous laissions tout les deux en discuter un moment?‘
Mesalyne : ‘un moment? Savez vous combien de temps nous avons devant nous Indrazor?‘
Indrazor : ‘Non...mais apparemment cette discussion va en prendre beaucoup plus‘
Gwael : ‘la sable s‘écoule lentement mais inexorablement enge !'
Enge : ‘Je crois pour ma part que le seul temps que nous perdons c‘est justement parce que vous n'avez pas pris le temps de venir voir la Gardienne d'Itila Cala. Sinon vous avez raison Gwael, ce n‘est pas un jeu : j'ai aussi fait le serment de garder les secrets de la confrérie quitte à y laisser ma vie.'
Mesalyne : ‘votre vie !!! Mais on ne parle pas de la votre ouvrez les yeux ! Ouvrez votre coeur bon sang !‘
Enge : ‘…Votre propre parjure est votre décision Gwael, mais ça n'est pas le mien.'
Gwael : ‘Certes Enge, mais je ne vous demande pas de parjurer, juste de lancer une incantation ! Rien ne vous l‘interdit'
Enge : ‘Non !!!!!!!!!! Vous me demandez d‘accepter qu'un de nos secrets puissent avoir été révélés.'
Mesalyne : ‘révélé à l‘un de vos hypothétiques membres et à un proche ami...'
Syrio: ‘Bon je suis le seul étranger ici‘
Enge : ‘Ce que j‘aurais pu accepter si on me l'avait demander'
Gwael : ‘N‘acceptez rien, mais aidez nous'
Enge : ‘mais pas en étant devant le fait accompli, sans avoir aucun élément pour réfléchir‘
Syrio: ‘Si ca doit sauver des vie couper moi la langue et explosez moi les tympans comme ca vous serez tranquille !!!‘
Enge : ‘Je refuse Gwael !!!‘
Mesalyne : ‘si j‘avais eu ce fait de caractère avant Enge jamais je n'aurais pris votre place....quelle erreur'
Gwael : ‘Enge, on a souvent dit, non sans raison, que pour moi, la fin justifiait tous les moyens, mais j‘avoue avoir trouvé mon maître ! Je ne tuerais jamais juste pour des principes… Vous aurez du sang sur les main prochainement Maîtresse du savoir‘
Enge : ‘Vous semblez m‘avoir sous-estimé Gwael.'
Gwael : ‘sous-estimé ? non, mal jugé, oui‘
Enge : ‘Je vous attend dans mon bureau si vous souhaitez m‘expliquer... plutôt que de me demander de me prêter à quelque chose sans réfléchir'
Gwael : ‘Peut être pouvons nous nous donner rendez vous en Angmar, c‘est peut être la que vous nous trouverez avec Mesalyne et Demetek !'
Mesalyne : ‘je n‘irais nul part avec vous !'

Enge quitte la scène et s’en va vers Combes…
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mer 29 Déc 2010 - 16:59

Citation :

Syrio: ‘Désolé‘
Indrazor : ‘Voilà du temps bien gagné‘
Indrazor fait la grimace
Gwael : ‘Je suis désolée, mais je n‘ai pas les compétences pour jeter ce sort. Vous devrez garder ce médaillon Mesalyne‘
Mesalyne : ‘vous m‘avez condamné....je ne vous ai pourtant rien fait... Qui me dit que ce n‘est pas vous qui portez le médaillon maudit et que vous vous servez simplement de moi'
Gwael : ‘mon médaillon est comme le vôtre, il m‘est impossible de l'enlever. Essayez et je vous tue'
Mesalyne : ‘je devrais peut être vous tuer alors‘
Gwael : ‘vous pouvez mesalyne, mais cela ne changera rien a votre condition‘
Mesalyne : ‘certes‘
Indrazor : ‘Gwael ! Avant de vouloir condamner tout le monde...Va donc voir Enge au moins‘
Syrio souriant: ‘Et bien quel retour en Eriador‘
Gwael : ‘Je vais essayer de parler a Enge, mais j‘ai faible espoir ! Sinon, il nous faudra trouver un maître du savoir confirmé‘
Syrio: ‘Que faudrait t’il faire pour la convaincre ?‘
Mesalyne : ‘confirmé ?‘
Gwael : ‘par exemple, comment s‘appelle t'elle... Viperine ?'
Mesalyne : ‘pourquoi pas Yetou?‘
Gwael : ‘Oui ça peut être une solution...‘
Mesalyne soupirant : ‘elle est faible ...nous avons eu besoin de vous .... ‘
Gwael : ‘Je vais voir Enge, essayez de convaincre Yetou pendant ce temps‘
Mesalyne : ‘je suppose en ne lui dévoilant rien....chose aisée‘
Gwael : ‘Donnez moi un peu de temps, je reviens. Ne voulez vous pas m‘aider à la convaincre Indrazor ?'
Indrazor : ‘Je voudrais bien, mais il me faudrait d‘abord savoir de quoi il en retourne'
Syrio: ‘mmm soyez prudente, elle a pas l‘air commode'
Gwael : ‘rien n‘est pire que ce qui m'attend, donc je ne risque rien !'
Syrio fait une triste mine

Gwael se rend à Combes, près de la mare ou Enge semble absorbée dans ses pensées, contemplant les grenouilles. Indrazor a suivi Gwael, mais il reste en retrait et ne prend pas part à la conversation.

Gwael : ‘Est ce ici que doit avoir lieu la grande explication ?‘
Gwael : ‘Vous ne dites rien ?‘
Enge : ‘Il n‘y a pas d'explications'
Gwael : ‘il y a toujours une explication… En l‘occurence que voulez vous savoir ?'
Enge ne répond pas et garde obstinément le silence, ne regardant pas Gwael.

Gwael remonte à cheval et part retrouver Syrio et Mesalyne

Enge laisse couler ses larmes.


Gwael : ‘je suis désolée...‘
Syrio: ‘Ahhh. Alors ??‘
Mesalyne : ‘Yetou arrive...‘
Gwael reprenant espoir : ‘Bonne nouvelle !
Mesalyne : ‘je ne sais pas ...Peut il vraiment nous aider?‘
Syrio: ‘Bon dame Gwael, je pourrais savoir un peu plus ?‘
Gwael : ‘que voulez vous savoir Syrio ?‘
Syrio souriant : ‘Et bien ... ‘
Mesalyne : ‘…Pourquoi m‘avoir donné cette amulette?'
Syrio: ‘Comme je le disais à Mesalyne, je vous aiderais de mon mieux. Je ne veux pas qu‘ils vous arrivent malheur, mais heuuu ... je ne suis pas du milieu. Que pourrais je faire ?‘
Mesalyne : ‘gwael pourquoi m‘avoir donné le médaillon? Pourquoi moi?'
Gwael : ‘Je vais vous répondre Mesalyne. Lorsque Thorod m‘a parlé de cette fabrique de médaillon, je suis allé voir et j'ai trouve un médaillon enfoncé dans le sol. Le seul moyen de savoir était de le donner, aussi terrible cela puisse paraître‘
Syrio: ‘gnu ? C‘est extrémiste comme méthode !'
Mesalyne : ‘vous m‘avez donc délibérément condamné...Me détestez vous à ce point,'
Gwael : ‘A qui pouvais je le donner ? je ne pouvais pas enlever le mien… sinon je l‘aurais bien sur essayé sur moi'
Syrio: ‘Bah vous auriez pu me le donner, il aurait fait jolie sur mon cou‘
Gwael : ‘Je ne pouvais pas le donner à quelqu‘un qui n'est pas de la confrerie'
Syrio: ‘ahhh‘
Gwael : ‘Voyez la reaction d‘Enge !'
Syrio: ‘oui j‘ai vu !!!'
Mesalyne : ‘je ne risque pas de le devenir à présent...‘
Gwael : ‘Ne dites pas cela, nous vivons encore‘
Syrio: ‘c‘est de ma faute en plus'
Gwael : ‘détrompez vous Syrio, c‘est de la sienne'
Mesalyne : ‘Enge?’
Gwael : ‘elle place sa fierté au dessus de la vie des gens.’
Mesalyne : ‘ça...’
Syrio: ‘Et maintenant ?, Je vais devoir encore filé du sang ?‘
Gwael : ‘si cela ce passe mal, c‘est possible'
Syrio: ‘bien je rêvais d‘avoir une cicatrice sur le poignet gauche'

Appelé par le corbeau de Mesalyne, Yetou rejoint le groupe.

Yetou : ‘Mesalyne ... tu as quoi ... il te faut quoi ...‘
Mesalyne : ‘merci d’être venu Yetou‘
Syrio: ‘Bonjour‘
Gwael s’incline devant Yetou.
Gwael : ‘Bonsoir Yetou‘
Yetou : ‘bonjour bonjour .. alors Mesalyne, il t‘arrive quoi ??'
Yetou regarde Mesalyne, inquiet
Mesalyne : ‘je ne sais pas faut demander à Gwael l‘autre personne concernée c'est elle'
Yetou : ‘Bon .... il vous arrive quoi ??‘
Gwael : ‘il nous arrive que nous portons des médaillons maudits dont nous voudrions nous débarrasser. Te sens tu capable de jeter un sort pour nous, sachant que je n‘ai pas le pouvoir suffisant mais je t'aiderai ?'
[Officier] Yetou: 'Qu’est ce que c est que cette embrouille que tu me fais la ?? :'
Yetou : ‘Hmmm…et bien nous allons vous en débarrasser ... du moins, on va essayer‘
Mesalyne : ‘Essaye sur Gwael d‘abord ...Je suis en droit de douter à présent n'est ce pas Gwael?'
Gwael : ‘le sort n‘est pas sur quelqu'un, il est sur le lieu ou nous sommes, et nous serons tous délivrés'
Gwael : ‘puis je t‘enseigner l'incantation ?'
Yetou : ‘oui oui bien sur‘
Gwael : ‘Bon c‘est compliqué car c'est de l'adunaic, et…il ne faudra surtout pas se tromper, et surtout…'
Yetou : ‘oui ?‘
Gwael : ‘il faut que tu lance un cercle de protection contre la mort et que tu termine l‘incantation avant que le cercle ne disparaisse. Une fois l‘incantation terminée, il faut dire "Idô" ce qui veut dire maintenant. Mais si tu sens que tu es trop lent, tu peux dire à tout moment "Bâ idô" ce qui veut dire pas maintenant et qui annule tout. Mais surtout annule ou termine avant la fin du cercle de protection contre les morts, sinon tu seras sans défense, et nous aussi‘
Syrio se dit que ca sent le sapin
Mesalyne semble de plus en plus fatiguée
Yetou : ‘je ne me tromperai pas’
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mer 29 Déc 2010 - 17:00

Citation :

Yetou jette le sort de protection et commence l’incantation :

Dawar Bâr,
Dawar Bâr,
Dawar Bâr
Agannâlô Burôda nênud
Magân Bâ kitabdahê


Mesalyne croise les doigts et ferme les yeux

Idô


Yetou s'essuie le front

Une sorte de tornade descend du ciel et ce dernier s‘assombrit brutalement, jusqu’à faire donner l’impression d’une nuit sans lune, puis un sifflement strident déchire cette nuit et un souffle de vent violent balaye les pierres. Aussi soudainement qu’elle est venue, la tornade disparaît et le soleil réapparait.

Mesalyne a peur
Syrio n'est pas rassuré

Mesalyne ne se sent pas bien, une douleur lui vrille le coeur
Mesalyne : ‘je...ça va pas fort‘
Elle a de plus en plus de mal à respirer, et finit par vaciller sur ses jambes, avant de s’allonger en position fœtale.

Syrio: ‘que se passe t‘il Mesalyne ?'

Mesalyne respire de plus en plus difficilement, son regard devient fixe et vide, et elle donne l’impression de regarder vers l’intérieur d’elle-même.

Syrio *grumbl*

Mesalyne porte ses mains à sa poitrine

Syrio: ‘Gwael ?‘
Mesalyne : ‘il...il ...est revenu ....‘
Gwael semblant s’attendre à ce qui arrive : ‘c‘est maintenant que je vais avoir besoin de vous Syrio'
Syrio: ‘oui ? Dites moi‘
Gwael : ‘Souvenez vous de vos gestes et de votre incantation, il y a longtemps, dans ce même lieu!’

Mesalyne semble sans force, très affaiblie.
Gwael donne a boire a Mesalyne

Syrio: ‘ouh là moi j‘ai juste donné mon sang'
Mesalyne avec difficulté : ‘il ...a ...pas...c‘était.....Visp...’ et prend l gobelet que Gwael lui tend et boit'
Gwael : ‘Alors je vais devoir vous aider, mais je ne suis pas Viperine‘
Syrio: ‘Si je dois me saigner à nouveau pour la sauver, je le ferais avec joie‘
Gwael saisit le sac avec le cœur, les herbes et les organes, puis mélange la mixture
Gwael : ‘la première étape consiste à confiner l'entité dans l'amulette'
Mesalyne respire fort....complètement affolée
Gwael : ‘l‘amulette c’est facile, elle l'a déjà autour du cou'
Syrio: ‘et ensuite ??‘
Syrio semble s'impatienter
Gwael : ‘Ensuite il faut jeter un sort, je vais essayer de le faire. Par contre la suite...‘
Mesalyne affolée : ‘aidez...moi...mal....‘
Syrio: ‘vite, la suite on verra après. Dites moi juste ce que je dois faire‘
Gwael : ‘Vous devrez me fournir votre puissance, comme dans le passé Syrio‘
Syrio: ‘soit‘
Syrio prépare son bras gauche cette fois
Syrio: ‘Allez y‘
Mesalyne s'évanouit sous la douleur
Gwael dépose la mixture sur le cœur de Mesalyne et le badigeonne
Syrio sort sa dague et se dit qu'il n'est qu’un reservoir de sang


Yetou se place à coté de Gwael puis Yetou il prend la main de Mesalyne en marmonnant d'incompréhensibles paroles, que répète Gwael.

Syrio: ‘Maintenant ?‘

Un nuage noir semble quitter le corps de Mesalyne, et stagne un instant à hauteur d’homme, semblant hésiter entre toutes les proies qui lui sont offertes, avant d’être finalement aspiré par l‘amulette.

Mesalyne ouvre les yeux, sourit l’espèce d’une seconde, puis se regard se fige et l’on peut lire l’horreur dans ces yeux, et dans ceux de Gwael.

L’entité réalise soudainement qu’une proie est accessible. Ce n’est pas tant l’odeur du sang qui l’attire, que cette odeur de vie, de sentiments, de pensées. Cela faisait si longtemps… Non que le temps ait un sens quelconque pour Elle, un instant, un siècle ou des millions d’années ne font aucune différence. La seule mesure du temps est cette faim insatiable qui la ronge. Ou se trouve la proie ? La traque commence…

Mesalyne montre des signes de terreur.
Gwael hurle de peur

Syrio: ‘hein ?? que se passe-t-il ?‘

Mesalyne : ‘il arrive...il me cherche‘
Mesalyne se tient la tête entre les mains
Gwael s'agenouille, ses genoux se dérobant, et tombe à terre. Ses yeux ouverts ne regardent plus le monde. Son pouls s’accélère dramatiquement.

Mesalyne en secouant la tête : ‘laisse moi !! Laisse-moi !! Va-t-en !!!‘

L’entité a enfin trouvé sa proie. Son attaque et rapide et fulgurante, otant toute chance au gibier de s’échapper. Elle prend ensuite son temps pour sucer la vie de ce corps, qui se vide lentement en comprenant ce qui lui arrive, avant de n’être plus qu’une carcasse déséchée, inerte, sans vie.

Mesalyne hurle de douleur et se tenant le crâne. Gwael hurle se prenant la tete avec les mains, puis se raidit après un dernier spasme, semblant sans vie.

Le bruit de succion qui résonnait alors dans la tête de Gwael et de Mesalyne cesse enfin.

Syrio en a marre des histoires de démon *grumbl*
Syrio: ‘Mesalyne Gwael ??‘
Syrio: ‘Gwael ??‘
Syrio: ‘que puis je faire ?‘

Mesalyne : ‘non!!!! '

Syrio: ‘Gwael‘
Mesalyne : ‘Gwael!!!‘
Syrio: ‘Réveillez vous ...‘
Syrio: ‘Rahhhh hey monsieur le maitre du savoir !! que devons nous faire ??‘

Mesalyne : ‘Les amulettes sont comme des portes ....Il…Il peut voyager d’amulette en amulette. Quand à celui qui a versé son sang pour faire ces amulettes, son esprit est en contact avec les amulettes, et donc avec l’entité, qui l’a… vidé, tué ! L‘entité a dévoré Demetek'
Syrio: ‘Hein ? J‘y capte rien. Mesalyne que devons nous faire ?‘
Mesalyne : ‘Les amulettes sont impuissantes maintenant que Demetek est mort ...il faut essayer de réveiller Gwael‘
Syrio: ‘et comment faire ?‘
Mesalyne : ‘je ne sais pas...je vais retirer mon amulette déjà‘
Mesalyne retire son amulette ...à bout de force
Syrio: ‘Et moi je vais retirer la sienne. Maudite amulette‘
Syrio retire l'amulette de Gwael
Gwael bouge un peu et entrouvre les yeux
Gwael affaiblie et toujours terrifiée : ‘C‘était horrible !'
Syrio: ‘Gwael ca va ?‘
Mesalyne : ‘Gwael levez vous...‘
Gwael : ‘aidez moi a me lever‘
Mesalyne tend une main fébrilement
Syrio aide Gwael a se relever
Mesalyne : ‘oui horrible..j‘ai entendu'
Mesalyne : ‘Merci Yétou tu nous as sauvées‘
Gwael embrasser Yetou
Gwael : ‘je dois vous expliquer ce que j‘ai fait Mesalyne et Syrio, vous pourrez me juger apres'
Syrio met un bout de tissus sur son poignet ensanglanté
Mesalyne : ‘Faites vite Gwael ....je tiens difficilement debout‘
Gwael : ‘Le sort que Yetou a lancé n’a jamais eu pour but de détruire les amulettes et je le savais Mesalyne. C’est un sort qui sert à invoquer cette entité... mais elle ne peut prendre possession que d‘un corps qu'elle a .... déjà habité !'
Mesalyne : ‘en l‘occurrence moi....'
Gwael : ‘Oui vous Mesalyne, voila pourquoi j‘avais besoin de vous'
Syrio: ‘gné ?‘
Mesalyne : ‘Au risque de me tuer? Mon cœur n‘en ai pas sorti indemne de la dernière fois...'
Gwael : ‘Personne d‘autre ne pouvait vous remplacer. Et c’est le seul moyen que j’ai trouvé de nous sauver tous, et de tuer Demetek par la même occasion. [/color]
Syrio: ‘il est mort cette fois ?‘
Gwael : ‘Mort ? La mort est bien douce à coté de ce qui lui est arrivé, mais oui, il est mort'
Syrio sourit
Gwael : ‘Et j‘avais besoin de Syrio également, car je savais qu’il dispose d’un grand réservoir de puissance, et que seul lui avait des liens assez forts avec Mesalyne., Ca n‘aurait pas marché avec un autre...'
Gwael souriante: ‘tirez en les conclusions tous les deux‘
Mesalyne : ‘on est lié oui on le sait Gwael...‘
Syrio: ‘nos lien ?‘
Gwael effaçant un sourire : ‘si cela a fonctionné, c‘est qu'ils sont encore ... vivaces…'
Syrio: ‘On est amis Gwael, et Héléna nous unira à jamais‘
Gwael amusée: ‘oui ... amis c‘est ca....'
Mesalyne : ‘Gwael l‘histoire de Syrio et moi est compliquée et je n'ai aucune envie de m'étaler devant vous sur ce sujet'
Syrio: ‘compliquée ?‘
Gwael : ‘je ne vous demande pas de me pardonner Mesalyne, j‘ai joué avec votre vie, mais ce n'était pas par fierté, mais pour en sauver beaucoup, c'est ma seule excuse'

Syrio: ‘Bon tout est bien qui finit bien ! C‘est le principal'
Gwael : ‘je vous retrouve bien la syrio !‘
Syrio: ‘Vos histoire de malédiction c‘est finit hein ?'
Syrio: ‘Plus de truc bizarre, de langage compliqué et tout‘
Syrio sourit
Gwael : ‘c‘est fini, même s'il reste de nombreux points obscurs encore'
Mesalyne : ‘que nous éclaircirons plus tard...je ne suis pas en état là‘
Gwael : ‘Ce bibliothécaire assassiné, les interventions de Gudrimhid, la copie commandée par Enge...‘
Mesalyne : ‘oui Gwael ....cela me ...tourmente‘
Syrio riant: ‘Rohhh je vais encore devoir me servir de mon pendule‘

Gwael : ‘peut être vais-je devoir aller vous voir Syrio, mais pour oublier cette fois ci et non me rappeler‘
Mesalyne : ‘pardonnez moi mais je dois vous laisser‘
Syrio: ‘Repose toi bien Mésalyne‘
Syrio: ‘je resterais chez Asta quelques jours‘
Mesalyne : ‘oui Syrio toi aussi j’espère te revoir avant ton départ'
Syrio: ‘moui tu sais ou habite Khiara et Asta‘
Syrio: ‘je ne devrais pas être loin‘
Mesalyne : ‘d’accord syrio'
Gwael : ‘je vous suis éternellement reconnaissante, et reste votre débitrice a jamais’
Mesalyne : ‘Gwael...un jour peut etre je comprendrai et pardonnerai mais pour le moment je suis ...enfin‘
Gwael : ‘je comprend... enfin disons que je n’en attendais pas plus ce soir'

Mesalyne quitte la scène

Remarque : cette histoire prend toute sa saveur après avoir lu le récit d'Astarot "prendre un enfant par la main" (cliquez sur ce texte).
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mer 29 Déc 2010 - 17:01

Citation :

Gwael : ‘pourrai je passer vous voir prochainement ?‘
Syrio: ‘Moi ?‘
Gwael : ‘oui toi Syrio, à moins qu’il y ai un autre Syrio dans les parages ??'
Syrio: ‘et nonnn je suis le seul et l’unique'
Syrio: ‘bien sur que vous pouvez‘
Gwael : ‘la semaine prochaine, je passerai vous voir‘
Syrio: ‘je serais ravi de vous revoir. Vous connaissez mon adresse d’emprunt'
Syrio sourit
Gwael : ‘Si cela ne gène pas Messire Astarot ?‘
Syrio: ‘Non, il sera dans le jardin‘
Syrio rit
Syrio: ‘Il s’est reconverti...'
Gwael : ‘alors, je profiterai de vos talents... Ce que j’ai vu, enfin ressenti, il me faut l'oublier a jamais !'
Syrio: ‘pas de soucis, je peux vous hypnotiser et faire de mon mieux pour que vous oubliez tout ça‘
Gwael : ‘si je peux vous payer le retour pour Gondor, dites le moi, vous êtes venu de loin‘
Syrio: ‘Pas la peine, j’ai monté de grade. Et oui ! Devinez ou je travaille ?‘
Gwael : ‘je ne sais vraiment pas‘
Syrio: ‘Et bien Archiviste !!! Et oui je commence à maitriser l’écriture'
Syrio: ‘Et la mère d’Asta m'a collé à la bibliothèque'
Gwael riant aux éclats : ‘Ohhh !!! je ne l’aurai jamais deviné'
Syrio riant également: ‘un travail bien payé et pas risqué. Ca me permet de passer beaucoup de temps avec la petite‘
Gwael : ‘C’est sur... C'est mieux qu'aventurier !'
Syrio: ‘bah‘
Gwael : ‘C’est aussi mieux pour elle, je ne voudrais pas qu'elle soit orpheline'
Syrio: ‘Disons qu’aventurier, on sue eau et SANG‘
Syrio rit
Gwael soudain sérieuse : ‘faites attention à bien boire avec tout le sang que vous avez perdu‘
Syrio souriant: ‘Ah la la je me fais du soucis pour vous. Vous menez une vie de folie avec la magie‘
Gwael amusée : ‘Pour moi, malheureux, vous voulez vieillir prématurément ?‘
Syrio: ‘Ah ah ah ah, je ne vieillirais jamais‘
Gwael : ‘Alors nous n’aurons jamais le même âge, je suis déjà vieille !'
Syrio: ‘le jour ou je me prendrais au sérieux il tombera de la ...‘
Gwael feignant d'être sérieuse : ‘Vous pariez ? Allez, je vous épargne ce sort, la rivière est trop loin pour se nettoyer après !‘
Syrio riant : ‘rohhh‘
Syrio: ‘Et vive l’odeur'
Syrio: ‘hihihihi‘
Syrio: ‘La jeunesse c’est un concept. Il faut rester jeune dans le cœur et dans la tête‘
Gwael : ‘Disons que pour la tête ca va, le cœur est un peu a la traine ! Le problème de la magie c'est qu'elle muscle plus le cerveau que le cœur !‘
Syrio: ‘Pourquoi ca ? Ce qu’il vous faut c'est une thérapie spéciale'
Gwael : ‘Je crains le pire ... quoi donc ?‘
Syrio sourit
Syrio prenant son accent du sud : ‘Alors… il vous faut une dose de rire‘
Syrio: ‘une dose de détente‘
Syrio: ‘et pour finir tout ca une pincé d’amour'
Syrio: ‘mélangez le tout et vous aurez votre élixir de jeunesse‘
Gwael amusée : ‘Ca s’achète ou ces ingrédients, je ne les ai pas trouvé chez mon enchanteur ?'
Syrio souriant : ‘ahhh faut changer de crèmerie ma ptite dame. Votre enchanteur est un charlatan‘
Gwael : ‘Voyez vous, mon problème c’est que ma crémerie a ferme ses portes définitivement'
Syrio: ‘mais nonnn, il suffit d’en trouver une autre'
Gwael : ‘Et le temps du deuil, vous en faites quoi ? je suis une femme respectable moi !‘
Syrio: ‘Croyez vous que votre amie‘
Gwael : ‘Mon amie oui ?‘
Syrio: ‘veut vous voir comme ca ?‘
Syrio: ‘Je suis sure que de là ou elle est elle souffre de vous voir souffrir comme ca‘
Gwael souriante : ‘je vais vous dire un secret sur vous Syrio, car j’ai le don de divination'
Syrio: ‘ah… dites‘
Gwael : ‘votre force, c’est de pouvoir tourner les pages, sans même vous rappeler les pages d'avant, tout en arrivant à lire le livre. Moi j'ai besoin de me souvenir des chapitres précédents'
Syrio: ‘Je me rappelle de tout, mais je ne vais pas restez là, je vais de l’avant, encore plus maintenant que je suis devenu père‘
Syrio trouve que ca le fait ca de dire papa
Gwael : ‘vous êtes sur, je pense que si j’insérais le bottin du Gondor, entre deux chapitres des "aventures du ranger masqué" vous ne vous en apercevriez pas et vous me diriez : "j'ai adoré ce livre !"'
Syrio: ‘rohhh… même pas vrai‘
Gwael : ‘c’est une grande qualité, préservez la'
Syrio: ‘rah là là‘
Gwael : ‘Le passé est pour moi une prison, pour vous c’est une porte'
Syrio: ‘êtes vous déjà venu au Gondor ?‘
Gwael songeuse : ‘A vrai dire oui, Merryne était originaire du Gondor, enfin la famille d’Enge'
Syrio: ‘bon d’accord mauvaise idée'
Syrio se sent con
Gwael : ‘Pourquoi, vous me proposez un voyage ?‘
Syrio: ‘vous êtes vraiment une divi machin chose‘
Syrio: ‘Oui de prendre des vacances. Maintenant‘
Gwael : ‘je crois que voir cette petite Héléna me ferait retrouver ma jeunesse... et puis seuls les soucis m’attendent ici...donc je suis tentée‘
Syrio: ‘Alors je serais votre guide avec joie‘
Gwael souriante: ‘Donc oui laissez moi le temps de faire mes affaires et de prévenir une ou deux personnes‘
Syrio souriant : ‘Oui oui préparez vos affaire et tout et on ira visiter le Gondor
Syrio:
‘Je peux vous dire un truc ?‘
Gwael : ‘Oui, me dire quoi ?‘
Syrio: ‘Je ne suis pas quelqu’un de savant, mais je pense que vous vivez trop dans le passé, il faut vous aider de votre passé pour construire un nouvel avenir'… C’est mon opinion'
Gwael : ‘Vous avez raison et c’est ce que je me dirai si je me rencontrais, mais c'est différent de le vivre, on ne change pas sa personnalité ainsi'
Syrio: ‘Je sais bien‘
Gwael : ‘Vous restez jusqu’à quand chez messire Astarot ?'
Syrio: ‘Bah, quelques temps, je ne suis pas pressé, Héléna est en sécurité‘
Gwael : ‘Dites moi, je vous retrouverai la veille de votre départ‘
Syrio: ‘Et bien dans une semaine ca vous va ?‘
Gwael : ‘C’est d'accord, a dans une semaine alors, ca devrait être juste suffisant pour que je fasse mes valises !'
Syrio riant: ‘Parfait !!!‘
Gwael : ‘A très bientôt Syrio‘
Syrio: ‘A très bientot dame Gwael‘
Gwael s'incline bas devant Syrio.
Syrio sourit et s'incline bas.
Gwael : ‘Et... merci pour tout !‘
Syrio: ‘ce n’est rien !’


Gwael monta sur soncheval et s'éloigna en direction de Combe. Chemin faisant, elle se rémémora toute sa vie depuis son réveil dans la grotte, la scéance d'hypnose avec Syrio lui révélant qu'elle avait été hypnotisée par Demetek, et les derniers événements... La boucle était bouclée, Demetek lui avait volé sa vie, et elle venait de lui ravir la sienne... Enfin, elle espérait bien qu'il s'agissait de Demetek, mais sa scéance d'hypnose avec Syrio ne lui permettait pas d'en être certaine, l'homme ayant le visage dissimulé par un masque...

Déjà les portes de Combe étaient visibles... Elle y passerait sans doute la nuit, de peur d'affronter Enge ce soir, elle n'en avait plus la force. Elle irait voir Enge, dans quelques jours. Elle savait déjà les conséquences : l'expulsion de la confrérie, elle avait trop souvent flirté avec les linmites à ne pas dépasser...

Ouvrant la porte de l'auberge, elle vit Clothild en grande discussion, et elle quitta la pièce précipitament. Elle ne tenait pas non plus à avoir cete autre explication ce soir là, et puis avec toutes ces rumeurs étranges qui courraient sur la caravane des vents ces derniers temps...

Lorsqu'elle n'était pas bien, elle avait toujours un endroit ou se réfugier, loin du monde, en contact avec la nature. La vieille forêt lui tendait ses bras noueux, elle y passerait la plus douce des nuits.

Finalement, cette invitation de Syrio tombait à pic. D'ici demain, plus rien ne la retiendrait de ce côté des monts brumeux et des montagnes blanches. L'histoire de Gwael ne s'écrirait plus dans ces régions, mais plus au sud, loin de son passé, dans un monde ou tout restait à faire...

Alors qu'elle s'allongeait sur la mousse fraîche, sa dernière pensée avant de sombrer dans le sommeil fut le rire d'Héléna, et le sourire de Syrio...
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Dim 6 Fév 2011 - 22:21

gwael a écrit:


Un soir d'automne dans la vieille forêt


Le vent d'automne soufflait fortement à travers les branches des vieux arbres de la forêt. Le plus grand des arbres, à quelques pas de la colline chauve, semblait mort, sans doute une trace de la foudre qui avait frappé la forêt le mois dernier. Cependant, pour qui possédait une ouie fine, un petit bruit se faisait entendre. Pour qui aurait vu Usona à ce moment, une question serait aussitôt venue à ses lèvres : pourquoi est-elle si maigre ? Pourquoi sa robe blanche est elle si mal en point ? Pourquoi sa patte avant gauche est elle marquée par de grandes lignes rouges sang, faisant apparaitre les muscles ? Il n'existait qu'une réponse à toutes ces questions : la vieille forêt est la vieille forêt ! Après avoir frotté ses pattes avants, Usona, la vieille lapine blanche, se mit en devoir d'explorer les alentours du vieil arbre. En cette période, la nourriture était plutôt rare, car nulle herbe verte et nulle jeune pousse tendre et savoureuse ne subsistait. Son expérience lui avait appris que les hommes, ces créatures étranges, se rendaient souvent près de la colline chauve, et elle le savait, seul les hommes pouvaient la sauver. Chez elle, trois enfants mourraient de faim, et si elle rentrait bredouille, ils ne passeraient sans doute pas la nuit. Elle fit le tour de la colline par la gauche et soudain, humant l'air aux alentours, se figea. Elle avait trouvé ce qu'elle cherchait : l'homme était assis mangeant son repas, et comme tous les hommes, il en mettait plus à coté que dans sa bouche : les restes suffiraient à nourrir sa petite famille. Il fallait faire vite et aller les chercher avant que d'autres ne trouvent ce festin. Se retournant, elle crut entendre un bruit, et un voile noire et rouge l'isola du monde, avant qu'elle ne percoive, à moins que cela ne soit qu'un rève, des bruits de machoires s'entrechoquant. Ce soir là, trois jeunes louveteaux mangeraient à leur faim...

"Enge aurait surement sauvé cette petite bète" se dit gwael, en tenant le lettre d'Enge dans sa main. "Je crois qu'elle aurait eu tord : il faut laisser faire la nature, aussi cruelle puisse-t-elle nous paraître !".
"Une période de probation auprès de Clothild... Si c'était pour le bien de la confrérie, elle pourrait supporter cela. Et puis... ils n'avaient sans doute pas compris son message, elle n'avait rien de personnel contre Clothild, mais son action avait été nécessaire pour sauver la confrérie"

Le vent se fit soudain plus fort, plus glacial, balayant les feuilles mortes dans la clairière. Le feu de bois maintenait tout juste Gwael au chaud. Elle était perdue dans ces pensées lorsque qu'une violente douleur la terrassa par surprise, lui broyant les côtes et lui faisant perdre sa respiration. Elle n'essaya même pas d'amortir sa chute lorsque ses jambes se dérobèrent sous elle. Son visage était blanc comme la robe d'Usona, et son pouls battait la chamade. De grosses larmes tièdes se mirent à couler sur ses joues, et elle resta un long moment immobile, ne faisant rien pour les arrêter, ni pour les essuyer. Finalement, elle se leva, saisit son luth et se mit à chanter doucement :


Voila les feuilles sans sève
qui tombent sur le gazon,
voila le vent qui se lève
et gémit dans le vallon,
voila le loup solitaire,
qui traverse la clairière
mélancolique en hurlant
voila l'antre de la tisseuse
la redoutable tueuse
qui vous dévore vivant

C'est au val de pattesombre
que souffle le plus grand vent
un vent qui vient de la tombe
moissonne aussi les vivants
C'est au gué de tournesaule
ou près du vieil homme saule
que coule beaucoup de sang
toi qui cherchais l'aventure,
qui croyais en ton futur,
tu reposes au val grinçant.

C'est ici parmis les morts
que je pense encore à toi
je cherche le réconfort
une présence près de moi
quoique jeune sur la terre
je suis dejà solitaire
parmis ceux de ma saison
et quand je dis en moi-même
"où sont ceux que ton cœur aime?"
je regarde le gazon

C'était ma belle fiancée
Mon chevalier, mon héros,
C'était ma vie, mon passé,
Mon amour, mes idéaux
Elle n'est plus : mon âme est veuve
Ma vie n'est plus qu'une épreuve
que je ne puis surmonter
alors quand la mort s'approche,
pour m'inviter à la noce,
je ne vais pas refuser.



Gwael
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Dim 6 Fév 2011 - 22:22

gwael a écrit:

Loin devant elle se dressait la magnifique cité de Gondor dont les murs blancs brillaient sous le soleil. Encore quelques mètres et elle serait à la poterne. Sa jambe la faisait atrocement souffrir, en particulier cette blessure sur la cuisse qui s'était visiblement infectée, à voir les marbrures verdâtres autours de la plaie suintante. A son grand étonnement, les gardes la laissèrent passer sans rien dire, avec juste un petit sourire. Elle connaissait bien le chemin, il fallait prendre la route légèrement sur la droite qui montait lentement, entre les échoppes des ferronniers, puis prendre la petite ruelle en contrebas, et elle serait arrivé à destination.

Arrivée devant la porte, elle pris un moment pour réajuster sa tenue et sa coiffure. Derrière cette porte vivaient les parents d'Enge et de Merryne, et elle avait tant de choses à leur dire...
Elle respira fortement pour se donner courage, et frappa à la porte.

La porte s'entrouvrit et...
"Merryne !!!"
"Gwael !!!"
"Mais Merryne, je te croyais morte, je ... je t'ai vu morte !"
"Moi morte ? tu trouves vraiment que j'ai l'air d'une morte ?"
répondit Mérryne en riant, "Allez entre donc, nous avons pleins de choses à nous raconter !"
Le cœur de Gwael battait à tout rompre, et elle crut un moment qu'elle ne pourrait pas marcher, comme si son corps refusait de lui obéir, refusait de croire à l'apparition de Merryne. Des flux d'émotions intenses transpercèrent sa tête et son coeur et des larmes de joie mouillèrent ses joues.
"Je n'ose y croire mon amour, toi ici ! Que t'est-il donc arrivé ?"
Merryne prit les mains de Gwael dans les siennes, et la regarda droit dans les yeux : "Est-ce si important ce qu'il m'est arrivé ? Ne vaut-il pas mieux que nous profitions du présent ?"
Gwael regarda Merryne, et déposa un baiser sur ces mains. Merryne ramena ses bras vers elle, serrant toujours les mains de Gwael. Lorsque l'espace entre les deux n'exista plus, elle posa ses mains sur la nuque de Gwael et lui caressa les cheveux, ne la quittant pas du regard. Lentement, leurs lèvres se rapprochèrent et elles s'embrassèrent fougueusement.

Perché sur une petite balançoire, le jeune perroquet dévorait la scène des yeux, sa cage étant placée sur le meuble à gauche de l'entrée. Il vit bientôt les robes tomber, et les deux femmes semblèrent danser, toujours enlacées, à travers la pièce, avant de terminer leur course sur le lit.
"Paaas sur le liiit de Madaaame Ennnnge !" dit le volatil en pure perte, car elles ne l'entendaient pas.
Les caresses se firent plus précises et le lit résistait difficilement sous les assauts des deux femmes, dont le corps perlé de sueur miroitaient à la lueur des bougies. La pièce autrefois silencieuse bruissait des respirations haletantes des deux femmes, mêlées de râles de plaisir.
Gêné par la scène se déroulant sous ses yeux, l’oiseau détourna son regard des deux femmes pour observer ce qu’il se passait sans la rue.
La respiration de Gwael se fit plus pressante, et une vague de plaisir la submergea. Elle dut mordre l’épaule de Merryne pour s’empêcher de hurler, tant l’extase était intense !

L’homme hurla en retirant sa main
« La bougresse m’a mordu ! »
Gwael ouvrit les yeux et découvrit les six hommes autours d’elles, alors qu’elle était allongée dans l’herbe et que des sommets de falaises se dessinaient devant ses yeux.
Le passé lui revint alors en mémoire… elle était partie avec Enge à Fornost, pour une expédition. Que lui avait dit enge avant le départ... Ah oui…

« La dernière épreuve de votre période de probation sera de participer aux côtés du Capitaine Hautebonté, à une expédition menée dans les Champs de Fornost. Vous y serez placée sous sa responsabilité directe, pleine et entière. Je dirigerai moi-même cette mission, mais toutes décisions nécessaires, tous ordres, toutes réprimandes éventuellement, vous concernant, ne seront pas de ma responsabilité. Elle sera votre unique supérieur pendant toute cette période. J'ose espérer que vous apprendrez et tirerez beaucoup d'enseignements de cette mission. »

Cette expédition avait été un calvaire, elle n’avait pas arrêté de chercher Clothild, en flirtant toujours avec les limites de ce que Clothild pouvait accepter, et cette dernière, s’était cruellement vengé en se moquant de Merryne… Merryne qui était décédé la veille de cette expédition…

Dans un premier temps, Gwael avait voulu tuer Clothild pour ses propos, mais cela n’aurait pas été juste : Clothils aurait rejoint Merryne alors que Gwael serait restée seule en ce monde. Finalement, elle avait décidé de ne plus importuner Clothild, mais d’attendre le moment opportun pour trouver la mort et rejoindre sa bien aimée. Lorsque l’occasion s’était enfin présentée, ce qui avait pris du temps vu la faiblesse des ennemis et la force du groupe, Gwael s’était précipitée dans les rangs ennemis, frappant de son baton et se coupant du reste du groupe. Des images lui revinrent alors en mémoire, ses discussions avec Morewen et la promesse qu’elle lui avait faite, les discussions avec cet amour de Syrio et puis, il y avait aussi son destin : elle connaissait la date de sa mort, et rien ne pourrait lui permettre d’anticiper cette date. Elle douta un moment, puis voyant qu’elle allait être submergé par le nombre, elle prit son élan et sauta de la falaise dans le vide.

A cet endroit, la falaise faisait bien 30 mètres de haut, et heureusement pour elle, les branches d’un arbre amortirent sa chute, mais une des branches perfora sa cuisses, avant qu’elle ne s’écroule sur le sol, inanimée.

« Et !!! Tu entends ce que je te dis ? Comment tu t’appelles ? » dit l’homme à la longue barbe
Gwael sortit de ses pensées et regarda l’homme, ainsi que ceux qui l’entouraient. Leurs têtes ne lui disaient vraiment rien, et, mue par une intuition soudaine, elle décida de cacher son vrai nom.
« Je me nomme Myrine »
« Myrine… Humm je ne connais pas, tu viens d’où ? »
« de … de la caravane des vents »
« Quoi ! vous entendez les gars, en voila une chance ! Parce que tu vois jeune fille, la caravane des vents on trouve que… euh comment dire… on trouve qu’elle est un peu trop… aide moi toi ! »
dit il à son compagnon.
Celui-ci répondit « Un peu trop compétitive ! »
« Oui, compétitive »
reprit le barbu, « Alors tu vas dire à cet âne bâté de Dartoras, que s’il n'augmente pas ses prix, je vais venir lui couper sa barbe, et que je pourrai même couper autre chose s’il n’obtempère pas rapidement ! Compris ? »
« Oui, je le lui dirais » répondit Gwael
« Un peu que tu vas le lui dire, et on va même t’aider à t’en rappeler ».


Le premier coup de pied frappa ses côtes, lui coupant le souffle, et juste après, une pluie de coups s’abattit sur elle. Ce fut le coup à la tête qui la fit sombrer dans les ténèbres. Sa dernière pensée fut que décidément, la caravane des vents lui attirait bien des ennuis…
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Dim 6 Fév 2011 - 22:24

astarot a écrit:


La soeur d'Astarot


Par une froide et humide nuit d'automne, Eléonnore et Artémis discutaient au tour d'une d'un sujet qui avait l'air taboue. Ils avaient l'air d'être très tendu.

Eléonnore : Ca fait déjà vingt-cinq ans mon chéri... Je pense à elle chaque jour qui passe... Je me demande comment elle va, ce qu'elle fait ... J'aimerais tant la serrer dans mes bras...

Artémis : A moi aussi, elle me manque... Mais souvient-toi qu'à l'époque nous n'avions pas le choix.

Eléonnore : Oui ... Boris était partie trop longtemps en voyage pour qu'il puisse croire que c'était sa fille. Et puis même, s'il n'était pas parti ça n'aurait rien changé. Notre enfant, était une fille et il ne l'aurait jamais accepté. Il voulait que des fils pour assurer la pérennité de la famille Todbringer. Elle aurait vécu un véritable enfer avec lui.

Artémis : Oui, pour Astarot cela a été plus simple ...

Eléonnore : Oui plus simple certes, mais ça ne l'a pas empêché de se faire maltraité par Boris.


Le silence s'installa pendant quelques minutes. C'est Eléonnore qui finit par rompre le silence.

Eléonnore : Je crois qu'il est temps que notre fils sache la vérité. Il doit savoir pour sa soeur !

Artémis : Tu es sûre de toi ?

Eléonnore : On lui doit la vérité. Il a le droit de savoir !

Artémis : Pourquoi ne pas attendre encore un peu ? Il vient de se fiancé, laissons le vivre ce moment . Tu n'es pas d'accord ?

Eléonnore : Oui ... peut-être bien, mais il doit savoir qu'il a une soeur. Et je dois t'avouer que ça me ferait plaisir de revoir mon enfant. Maintenant, que Boris est mort, j'aimerais tant pouvoir faire sa connaissance ...

Artémis : Je dois pouvoir retrouver sa trace assez facilement.

Eléonnore
( avec un large sourire ) : Fait le s'il te plaît mon amour. Je suis sûre qu'Astarot sera content d'apprendre qu'il a une grande soeur. Sa surprise sera grande au début, mais il finira par comprendre.

Artémis : Tu as sans doute raison ma chérie...


La vérité tombe vingt-cinq ans plus tard. Le couple illégitime Eléonnore - Artémis n'a pas eu un, mais deux enfants ! C'est ainsi que nous apprenons qu'Astarot à une grande soeur.

Mais qui-est-ce ?
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Dim 6 Fév 2011 - 22:25

astarot a écrit:


Retour à Bree !

La mâtiné était fraiche, mais le soleil brillait déjà bien haut dans le ciel. Après trois semaines d'enquêtes au Gondor, Artémis chevauchait à vive allure vers Bree. Il savait où était leur fille qu'ils n'avaient pas vu depuis vingt-cinq ans. D'après son enquête, elle passait souvent au Poney Fringuant.

Au cours de son enquête au Gondor, il a pu découvrir le passé tumultueux de sa fille. Elle avait déjà un point commun avec son petit frère se disait t-il. Elle avait été obligé de tuer son père adoptif et de fuir le Gondor pour trouver asile en Eriador.


- Elle doit avoir un sacré tempérament la petite, comme on dit les chiens ne font pas des chats ... Je suis sûre qu'elle s'entendra bien avec Astarot.

Il ne pouvait pas s'empêcher de se demander à quoi elle ressemblait et comment elle allait réagir à la nouvelle. Il était très anxieux, il n'avait pas du tout l'habitude de gérer ce genre de situation. Dans un premier temps, il fallait la convaincre d'accepter de rencontrer Eléonnor. Pour lui révéler la vérité de manière plus douce, Eleonnor était sans doute mieux placée que l'assassin.

- J'espère que tout se passera bien, comment va t-elle réagir à la nouvelle ? Il faut qu'elle comprenne qu'à l'époque on n'avait pas le choix ...

Arrivée au Poney Fringuant, il se dirigea d'un pas pressé vers Prosper. Après avoir salué l'aubergiste, il lui glissa quelques mots à l'oreille et lui mit dans la poche une petite bourse qui devenait contenir une bonne cinquantaines de couronnes. Il se dirigea ensuite vers une table pour déjeuner en attendant la jeune femme. Pour la première fois de sa vie il avait peur de ne pas savoir quoi dire. Il était près du but, il n'allait pas tarder à se retrouver face à face avec sa fille ...


Une longue nuit !

Artémis savait qu'Eléonnore était partie rendre visite à son fils et à sa future belle-fille dans l'Ered luin à Falathlorn.

C'est la-bas qu'il conduisait la jeune femme qui ne savait pas encore qu'il était son père.

Cette nuit, allait être pour elle, la nuit des révélations ... En voici le récit ...
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Dim 6 Fév 2011 - 22:27

dartoras a écrit:


Une lueur dans la nuit, ou l'alliance selon Dartoras


Il était natif des montagnes du sud, mais avait grandi en Ered Luin, auprès de son père d'adoption Horas Boitabaff, qui lui avait donné un toit, son affection pleine et entière, et une éducation naine hors de tout reproche.

Son père, Horas, était lui-même gardien auprès de Thorin deuxième du nom, et il était donc de ce fait incorporé dans la garde. Cependant lorsque les temps le permettais, lorsqu'aucune guerre ne faisait rage, Horas se versait dans l'art du commerce. Ainsi il était à la tête d'une sizaine de chariots qui formaient une caravane modeste, faisant affaire entre les hameaux et villages de la région, guère plus loin que la comté des semi-hommes des pâles.

Son extraction modeste, ses aïeux étant tous des forgerons (ils sont légion en pays nain), ne le liait à aucun devoir de représentation des siens, et lui laissait la liberté d'agir selon ses propres lois.

Il entretenait ainsi un réseau de connaissances qui dépassait de loin le sens commun de ses frères claniques. Il liait connaissance au gré de nombreuses rencontres avec qui des hobbits, qui des hommes, qui même des elfes (des rôdeurs qui faisaient souvent office d'éclaireurs pour les dirigeants de fondcombe).

De ses aïeux qui avant lui forgeait le fer, il forgea pour son compte des liens. Mais plus solides que les alliages qui retiennent certains prisonniers de leurs chaînes, il créait des liens d'amitié véritables qui l'unissait en secret (il n'était pas vantard) à une myriade de petites gens de par delà ses montagnes d'origine.

Et partout ou ce commerçant, discret mais avisé, passait, il se faisait accompagné de ses deux fils, Dartoras et Vladoras. Ils étaient sa fierté, car même si aucun des deux n'étaient le fruit d'une union connue, ils étaient ses fils de cœur et de pensée. En bien des points, Horas, se démarquait des stéréotypes et autres préjugés que les gens entretiennent au sujet des siens.

Et ses deux fils apprirent tout ce qu'il y avait à savoir, de l'art du commerce, du respect des paroles données, et justement de savoir à raison gardée tenir sa langue. Même si pour ce dernier point, on ne pouvait pas leur reproché leur sang, et la promptitude à la répartie cinglante propre à leur clan.

S'il vous est narré ce préambule, c'est pour que vous compreniez l'état d'esprit de Dartoras lorsque vint le jour ou, fraichement nommé Officier de la caravane des vents, on lui annonça la naissance d'une lueur d'espoir, brillant au sein même d'un cœur de ténèbres.

Une lumière scintillante, une flamme qu'un rien encore pouvait faire vaciller, qu'il lui faudrait protéger des intempéries, alimenter en énergie pour que de lueur elle devienne sinon brasier, du moins un foyer.

L'âtre auprès duquel viendront se réchauffer les âmes des aventuriers de toutes races, avec un horizon commun. Tantôt commerçant, tantôt combattant.

De ses aventures passées, il a vu les uns et les autres s'entre déchirés pour des parcelles de pouvoir, même parfois pour un trésor futile ou une affaire d'argent... Et à chaque fois qu'un tel épisode se déroulait devant ses yeux atterrés, il sentait que les noirs nuages de l'angmar n'étaient pas innocents à tout cela.

Voilà si dessous un épisode intéressant :

Alors, qu'il était encore entrain de s'acquitter de quelques missions d'importance dans une contrée proche de sa terre d'adoption de l'Ered Luin, il fit la connaissance d'un elfe au détour d'un chemin. Celui-ci combattait une tisseuse ainsi que trois gobelins, qui devant l'infortune de l'elfe, se voyait déjà à dépecer son cadavre.

N'écoutant que son courage et mettant de côté la raison, il fonça hache relevée sur les assaillants. Luttant coude à coude avec l'elfe, il prit sur lui la menace des gobelins, et s'en suivit un combat acharné. Après moult cris et bruits d'os brisés, ils vinrent à termes du combat, accusant moult blessures aux avant bras et au corps, mais vivants.

Il vit alors l'elfe levés les mains aux cieux et remercié quelqu'un qu'il ne pouvait toucher pour la victoire passée. Et à aucun moment l'elfe ne pensa à remercier le nain pour son secours. Dartoras ne dit mot de cela, mais il s'enquit de savoir à qui l'elfe rendait ce curieux remerciement.

Il lui fut répondu sur un ton condescendant, qu'affectionnait certains représentants de la gente elfique, qu'il remerciait les valar pour la victoire accordée. Mais qu'un nain ne soit pas au fait de leur existence ne l'étonnait pas, tant était rustre leur existence.

Il aurait pu le tuer sur le moment, rien que pour l'affront causé. Mais n'écoutant que son cœur à ce moment là, il se contenta de rire. D'un rire franc et fort, propre à ses ancêtres. Il rétorqua à l'impudent elfe, que des valar il ne savait rien, qu'il n'en avait jamais rencontré, mais que s'il pensait que c'était des gens inconnus de lui qui lui aurait demandé de le secourir en cet instant, il se trompait lui-même.

L'elfe sembla être courroucé par l'attitude du nain, mais eut la sagesse de ne pas plus commenter son propos passé. Il remercia dartoras, non pas pour ses actes, mais bien pour l'écarter de ses pas.

Dartoras expliqua tout de même à son "compagnon" d'infortune, que s'il persistait dans cette voie, il risquait de fortes déconvenues. L'elfe ne dut pas comprendre, et s'en remit en chemin.

Leurs chemins séparés, chacun reprit la route de son côté. Quelle ne fut pas sa surprise, une heure plus tard, en trébuchant sur le corps sans vie de son interlocuteur. A peine quelques lieues de l'endroit ou ils avaient discourus, le pauvre elfe avait finit sa vie, emportant avec lui son meurtrier.

Le gobelin reposait à côté, le ventre lardé de coups de dague acérée. Il avait cependant eu le temps de trancher la gorge de son assaillant avec cet épée propre à ceux de son ignoble race, fait d'un acier noir sale.

Il mit en terre, l'infortuné, ne comprenant rien aux pratiques décrites plus haut, il se contenta de lever juste les yeux au ciel, et demanda, sans les nommé, à ces fameux valar, de prendre soin de son âme.

De cet épisode, Dartoras retira la leçon, que quelque soit le dieu que ses futurs compagnons adoreront ou pas, il ne lui appartenait pas de les juger. Il se lierait d'amitié avec des gens de tout horizons à la seule condition que soit respecté, ce qu'il nomme le libre arbitre. Il se dit aussi, qu'il lui faudrait remercier chaque personne l'aidant en son nom et non pas au nom de quelque chose ou de quelqu'un d'autre.

Cet épisode de ses aventures, il le gardera longtemps en mémoire, à chaque fois qu'au détour d'un chemin, il rencontrera une nouvelle personne. Et surtout il tentera de mettre en pratique à chaque fois les enseignements passés au service de l'avenir.

L'alliance était le fruit qui avait germé d'un effort collectif afin d'unir les peuples, et de ce fruit il nous appartenait tous de faire couler le jus qui lierait nos destinées, faisant fi des inégalités des uns et des autres, faisant abstraction des jugements hâtifs, et privilégiant l'amitié au profit seul.


Dartoras Boitabaff, Gardien de l'Ered Luin, Officier d'annün sul, Caravane des Vents, membre de Lueur Nomade.



Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Dim 6 Fév 2011 - 22:29

Ca avance, bon je sais très lentement mais ça avance ^^
Il me reste une trentaine de texte d'astarot, khiara et de toi encore à mettre.
Gud
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mar 3 Mai 2011 - 21:52

gudrimhid a écrit:

La lune était haute quand il sortit de l'auberge du Poney Fringant.
Le vent d'automne soufflait dans les rues, l'homme dut passer son manteau pour se protéger du froid.
Doucement il commença à se diriger vers Combe.
Gudrimhid sourit, la réunion avec Shyrel et Medneth s'était très bien passée. Tous avaient compris, tous avaient accepté.
Il devrait encore attendre la réponse du Dragon Eteint mais cela était encourageant.
Il s'arrêtat quelques instants et observa le ciel dégagé.

" Tout se passe bien", prononca-t'il pour lui même.

Le gardien reprit alors sa marche, son regard perdu dans ses pensées.
Un
à un, il revoyait les aventuriers tombés au combat qu'il connaissait
bien, beaucoup disparaissaient face à l'Ombre. Des héros anonymes
donnant leur vie pour sauver celle des autres. Combien de fois avait-il
pleuré sur le corps d'un de ses amis ; et malgré ces peines tous
luttaient encore contre la menace du nord, telle une torche qui ne veut
pas s'éteindre et qui montre la voie, de valeureux guerriers
combattaient sans cesse l'ennemi.


Il repensa au matin où
il avait décidé de contacter tout le monde, il venait de se réveiller,
assis sur son lit, il réfléchissait à une attaque possible de Barad
Gularan, l'un des bastions du Nord.

" Si nous étions plus nombreux ...", l'idée
avait fait son chemin, chaque confrérie, à sa façon, attaquait sans
relâche les forces ennemies mais cela restait un travail de guerilla ;
s'il était possible de se regrouper, alors les actions pourraient
devenir plus incisives.
Il se leva alors et décida d'en parler à Enge.


Quelques semaines plus tard, il envoya des missives à tous ceux en qui il avait confiance.
Regardant les lettres, le gardien sourit.

" C'est bien toi ça."
Gudrimhid
le savait, il était comme ça, il ne combattait qu'avec des frères
d'armes, rarement avec des inconnus. Le guerrier donnerait sa vie pour
eux et savait que eux feraient la meme chose pour lui.

" Enfin c'est beau d'y croire.", se dit-il en riant.

Appelant son messager, Rhob, il donna les lettres une à une et s'imagina chacun des destinaire.
Kegalim, le nain calme, toujours tranquille, sans jamais hausser la voix, mais au combat un auroch enragé.
Shyrel, la capitaine diplomate sachant donner des ordres comme rendre les coups sans jamais faillir.
Toldic,
le petit roi, adorable à la ville, un tueur en mêlée, et Clothild,
l'impétueuse capitaine, sa femme un jour, enfin Gudrimhid l'espérait.
Astarot et Khiara, le couple romantique, indissociables dans la vie comme dans les combats, ils se complétaient à merveille.
Rendant la dernière missive à Rhob :

" Voilà une fine équipe."

A
quelques jours de la réunion avec la Caravane des Vents et des Ecuyers
d'Amesbury, il avait eu une discussion avec Usonas, un de ses bras
droits.

" N'as-tu pas peur que nos convictions s'opposent aux leurs et que lors du combat final nous devrons les combattre ?
Gudrimhid l'avait écouté, soucieux également de tout cela.
-
Uso, si un jour le combat a lieu, j'espère qu'ils comprendront notre
point de vue mon ami. Si Itila Cala reste sur ses positions, jamais les
autres ne sauront qu'il y a une alternative à l'adoration des Valar.
Comment avoir assez de monde pour lutter si nous n'avons pas d'alliés.
Essayons, nous verrons ; restons quand même discrets, on ne sait
jamais."
Usonas s'était alors incliné et était parti, laissant Gudrimhid soucieux.
Le gardien se retrouvait seul, rangeant Basserive.

" Nous verrons...", prononca-t'il en fixant le sol.

La veille de cette réunion, le gardien eut un rêve.
Des
flammèches flottaient, isolées; certaines disparaissaient, la nuit les
recouvrant. Et puis comme sur un signal, toutes bougèrent, lentement,
puis plus rapidement, atteignant une folle vitesse et toutes se
rencontrèrent en un point. Une majestueuse explosion lumineuse eut lieu,
éclairant de mille feux cette nuit sombre et sans âme.
Gudrimhid se réveilla. Des gouttes de sueur sur son visage et respirant difficilement.

" Ma décision est prise, l'alliance aura lieu."

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mar 3 Mai 2011 - 21:53

enge a écrit:

L'alliance vue par Enge


Sur
la berge du lac perdu au nord de la forêt de Chet, Enge, assise les
bras encerclant ses genoux, réfléchissait. La lumière dorée faisait
resplendir les vaguelettes soulevées par le vent. Il lui avait fallu du
temps, beaucoup de temps, pour revenir sur ce lieu chargé de souvenirs.
Mais c'était un endroit calme, bien nécessaire au milieu de toutes ces
tourmentes.

Gudrimhid était soucieux, bien plus qu'à l'ordinaire.
L'entreprise qu'il avait commencé depuis quelques semaines se heurtait à
l'incompréhension, voire à l'hostilité de certains. En plus de devoir
convaincre ceux qui pourraient éventuellement partager une certaine
vision du chemin à parcourir, il devait se battre contre ceux qui en
faisaient une hérésie.
Une hérésie ... cette pensée fit sourire la
jeune femme. Voilà qu'elle se mettait à employer des termes qu'elle
combattait quotidiennement.



Cela faisait 3000 ans
qu'Itila Cala existait, secrètement la plupart du temps. L'organisation
était sortie de sa clandestinité récemment, poussée par les attaques
dont elle avait fait l'objet. Elle restait fragile, ses membres étaient
valeureux mais peu nombreux. La maîtresse du savoir avait rejoint leurs
rangs depuis quelques années maintenant, années durant lesquelles elle
s'était fait sa propre opinion de l'organisation : une confrérie de
combattants, des mercenaires. Oh, ni l'organisation, ni ses membres
n'étaient à la recherche de gloire (ce qui aurait été stupide puisqu'ils
agissaient dans l'ombre), ni même d'argent, ils ne se faisaient pas
payer. Non, ils agissaient au nom d'un idéal, leur idéal. Et pour cela,
ils se mettaient au service de ceux qui leur semblaient aller dans le
même sens. Des mercenaires ... engagés par les uns et les autres sur
l'ensemble des Terres du Milieu, essayant à chaque fois que cela était
possible de faire passer leur propre message. Ils savaient que tous ne
partageaient pas ce rêve, que certains même le combattaient vivement.
Mais certains poursuivaient des buts qui n'étaient pas contraire à leur
combat.
Les forces sombres se rassemblaient et ils manquaient de bras.

En
sortant de la clandestinité, ils avaient noué des liens avec certains.
Enge savait que les autres confréries contactées ne poursuivaient pas le
même objectif :
La Caravane des Vents était une organisation
marchande, qui ne se cachait pas de sa volonté d'enrichir les marchands
qu'elle employait. Mais, son action permettait de ravitailler les
peuples les plus éloignés, ceux-là même qui étaient les plus soumis au
joug de l'Ombre. En soi, c'était une action qu'Itila Cala ne pouvait
manquer de soutenir. Or, la Caravane avait elle aussi subit des moments
difficiles, perdant ses lieutenants parmi les plus valeureux et des
artisans indispensables. Elle ne pouvait pas se risquer dans les
endroits les plus hostiles et les plus reculés. Elle manquait également
de marchandises indispensables aux villageois.
Enge ne connaissait
par les Écuyers, mais elle avait confiance dans le jugement de Gud.
Quand aux Dragonniers et aux membres d'Arnoediad, elle ne savait pas le
but qu'ils poursuivaient sur ces terres, mais les combats affichés
qu'ils menaient étaient les mêmes qu'Itila Cala. Et leurs membres
étaient valeureux, dignes de confiance. Peut être serait-il nécessaire
en effet de savoir un peu plus ce que chacun recherchait, mais en
attendant, tous manquait de forces vives.

Elle espérait pour sa
part que rassembler certaines de ces organisations permettraient à
chacun de mener son propre combat, même si les méthodes et les buts
divergeaient.

Itila Cala avait des artisans valeureux, reconnus
par leurs pairs, mais bien peu aimaient se consacrer au commerce
nécessaire. Enge secoua la tête en souriant. Elle même ne se mettait
plus que rarement à ses fourneaux ou à son établi. Elle aimait beaucoup
ce travail manuel qui lui libérait l'esprit, mais elle ne supportait pas
la phase suivante nécessaire : se démener pour vendre ce qu'elle
fabriquait. La logique du commerce la dépasserait toujours. Résultat,
elle se débrouillait elle-même avec grande difficulté pour trouver ses
ressources, elle fabriquait peu pour ne pas avoir à écouler... Elle
savait que d'autres Itiliens étaient dans ce cas. La Caravane manquait
de marchandises, voilà un partenariat qu'il lui plairait de mettre en
place. En compensation, la Caravane trouverait enfin des bras pour
ouvrir les routes qui lui étaient fermées actuellement, pour aller
vendre ou pour trouver les ressources les plus difficiles d'accès.

Elle n'espérait pas l'entente entre tous. Cela serait utopique, voire stupide.
A
l'intérieur même d'Itila Cala existaient de fortes dissensions, des
personnalités qui ne s'entendaient pas. La dernière réunion de confrérie
avait encore vu un nouvel éclat entre Gwael et Anyssa. Leur mésentente
avait toujours existée. Elle se polissait un peu ces derniers temps,
mais il était clair que les deux jeunes femmes avaient des difficultés à
trouver un terrain d'entente, mais en mission, elles formaient un
tandem qui fonctionnait très bien.
Ces dissensions n'avait pas
d'importance dans l'organisation. Les divergences étaient importantes,
les conversations, les discussions en étaient parfois fort houleuses,
mais ces débats menaient toujours quelque part. Et une fois une décision
arrêtée, tous s'y pliaient. La discipline reprenait ses droits et le
commandement en revenait à un seul. A partir de ce moment là, que ce
soit en relation avec les autres, ou en mission commandée, plus aucun ne
devait faire passer son intérêt, sa personnalité en avant.
L'organisation primait. Dans une mission, seul le groupe avait une
importance, les membres n'avaient plus qu'une tâche : la survie du
groupe en premier, la réussite de la mission en second. Tout le reste
devait être mis de côté, les antagonismes entre chacun, comme les
relations privilégiées. C'était la base même de leur fonctionnement.
C'était
une façon de voir qu'elle espérait réussir à faire partager à tous :
que si certes ils ne partageaient pas le même idéal, ni les mêmes
objectifs, une fois une mission décidée, qu'elle soit commerciale,
diplomatique, militaire ... chacun des membres participants feraient
passer la mission avant tout. Et que leurs différents se régleraient
avant, ou après.


Le soleil doré de ce temps de moissons
disparaissait derrière la colline à laquelle elle tournait le dos. Le
froid la sortit de ses réflexions. Elle se releva, enfila une cape et se
prépara à repartir vers Bree. Un événement joyeux, enfin, les
attendait. La confrérie avait de nombreux soutiens, et pas seulement
leurs combattants. Certains, discrets, mais indispensables leur
permettait de survivre. Et même parfois de mieux vivre. Ce soir, grâce à
l'un de ses généreux donateurs, l'organisation allait enfin avoir un
endroit à elle, un endroit pour se ressourcer. Un endroit qui risquait
certes de surprendre, mais après tout, Itila Cala menait un combat pour
l'égalité des peuples et le droit de chacun de vivre en paix... La Comté
... A cette idée, elle sourit.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mar 3 Mai 2011 - 21:54

khiara a écrit:

Comme beaucoup de nos amis, nous avons décidés Astarot et moi, de nous installer dans notre petit chez nous.

Elle n'a rien d'exceptionnelle, elle nous ressemble du moins je l'espère, laissez moi vous faire visiter.

Suivez moi...

Voici notre quartier, bien tranquille, avec de magnifiques fleurs et des arbres majestueux.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Notre maison c'est celle ci.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Là vous avez le coin picnic à l'ombre du grand arbre pour les jours ensoleillés.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


De ce côté le puits, l'eau est vitale pour vivre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Entrez je vous en prie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Nous nous trouvons dans la grande pièce, la pièce principale d'ailleurs.
Cette table comme vous le voyez est garnie, c'est une manière de souhaiter la bienvenue à tous nos visiteurs.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La cheminée que voici nous procure une chaleur suffisante lorsque le temps se fait frais ou humide.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Parfois même elle est prétexte à des soirées chaleureuses et en chanson s'il vous plait !!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Passons maintenant au petit salon ou cuisine quand l'envie nous prend.
Non
je ne suis pas une bonne cuisinière...je suis une très bonne
cuisinière, j'aime faire des petits plats...je le fais toujours avec
plaisir!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


ici
vous avez le bureau d'Astarot, il y passe beaucoup de son temps, je
serais presque jalouse de ces livres sur lesquels il passe tant
d'heures.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


A l'étage nous n'avons qu'une seule pièce, notre chambre.
une
autre cheminée permets de nous chauffer quand nous en avons besoin mais
surtout donne une touche de romantisme grâce à son faible éclairage et
aux couleurs qu'elle procure.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Bien, j'ai été ravie de vous faire visiter mon petit chez moi, surtout n'hésitez pas à venir cela sera avec joie !

A bientôt! A bientôt! A bientôt! A bientôt! A bientôt!



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mar 3 Mai 2011 - 21:54

clothild a écrit:

La caravane s'arrêta devant la porte des quartiers sud de Bree.

Les
chevaux avaient besoin de repos, les caravaniers les menèrent en
silence vers les écuries, nul besoin de mots, ils se comprenaient.

La
disparition du jeune hobbit les inquiètait, la bourse contenant toutes
les économies des caravaniers avaient elle attirée la convoitise d'un
brigand, ou un accident, ou le hobbit avait-il encore fait une fête trop
arrosée et se remettait quelquepart dans la Comté.


Ils
attelèrent des chevaux frais et partirent vers Combe remiser les
chariots, en silence ils marchèrent vers l'auberge, ils n'avaient plus
de quoi payer le prix des chambres à Lisebeth, ce n'est que par
gentillesse qu'elle les laissait encore y séjourner.


Passé
le pas de la porte, Clothild maculée de la boue des chemins, n'avait
qu'une envie, de l'eau bien chaude dans son baquet pour se laver.

Devant
elle, le visage poupin de Toldic se dessina, souriant et joyeux, il
trépignait se demandant quand allait on visiter ces maisons.

Oubliant le bain et la fatigue ils prirent la route vers les Marais, les nouveaux quartiers.
En chemin ils rencontrèrent Sylvandriel de retour d'une chasse et Dartoras venu aux nouvelles du hobbit.

Ils étaient quatre.
Quatre
races, unis par le hasard, des âmes en exil, loin de leurs terres
natives à la recherche d'un point d'ancrage bien à eux..


Une
des maison les séduit tout d'abord, près d'une cascade, des arbres et
un univers minéral pour l'elfe et le nain, mais hélas la maison était
déjà la proprièté d'une autre confrérie.

Ils en visitèrent d'autres.
Puis celle du centre, une vue splendide dégagée, la proximité des magasins et une position bien en vue pour commercer.

Ils
se décidèrent vite, l'affaire fut conclue, les pièces comptées et
recomptées, passèrent dans les mains de la femme de l'agence
immobilière, ils étaient propriètaires d'un lopin de terre et d'une
maison solidement batie.


Clothild ressentait toute la
nostalgie de chacun et la joie aussi, elle se promit de tout mettre en
oeuvre pour que tous puissent retrouver un peu de son pays dans cette
terre apatride qui pourtant était devenue la leur pas la force des
choses.


Elle ne lésina pas à la dépense,finissant de vider
les reserves. Les parquets, dallages et revêtements muraux luxueux,
furent posés, choississant des coloris riches des ors des rouges, afin
de demontrer toute l'opulence de leur cartel. Les meubles de bonne
facture arrivèrent par chariots entier, des commandes partirent dans
toutes les régions accessibles. Ils reçurent de fabuleux cadeaux venus
de parts et d'autres qui trouvèrent bonne place.


Des heures et des heures de travail et quand tout fut terminé le soir,ses pas résonnaient elle imaginait de grands contrats signés ici même.

Elle
aperçut Dartoras penché sur les cartes, cherchant de nouvelles routes,
Toldic remplissait le garde manger de salaisons, de tourtes, de bières,
d'herbe à pipe, la vie entrait, ils s'installaient.


Elle pensa aux disparus, Ishan et son mari Fehl, Valandrin, Haerald, Caillission, Aldoriak et tant d'autres....

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Pour milki   Mar 3 Mai 2011 - 21:55

Plongée dans l'inconscient : Gwael et Syrio


gwael a écrit:

La rencontre

Gwael arrêta son cheval à l’ombre d’un cyprès et fouilla dans son sac. C’est fou toutes les trucs inutiles qu’elle pouvait stocker dans ce sac se dit-elle en exhibant des rations de voyage, une robe d’apparat et une tourte aux champignons qu’enge lui avait préparée. Ou avait-elle pu ranger cette lettre ? Bon sang, elle était sans sa poche ! Elle relut l’adresse avec attention : « quartier Gundalaf, 1 chemin des deux chutes ». Ce ne fut pas difficile à trouver, c’était la première maison après le pont.

La maison était vraiment splendide extérieurement, et le quartier semblait très bien fréquenté, visiblement un quartier de gens riches ! Ce syrio devait rouler sur l’or !

Syrio l’attendait sur le pas de la porte, à coté d’une femme qu’elle ne connaissait pas.

Gwael en les saluant : « Bonjour à vous ! »
Syrio : « Bonjour à vous, avez-vous fait bonne route ? »
Gwael : « oui merci, les routes sont sures par ici, et les chemins faciles. Et puis, c’est mon cheval qui fait tout le travail »
Syrio : « Bien, je suis donc Syrio et voila Mesalyne ».
Mesalyne s'inclina devant Gwael
Gwael : « je suis enchantée et honorée de faire votre connaissance Mesalyne »
Mesalyne : « de même »
Syrio en riant : « rohhh c'est trop d'honneur hihihi je ne suis pas un m'ssire comme Astarot »
Gwael : « c'est fort joli par chez vous, vous possédez une bien belle propriété ! »
Syrio et Mesalyne : « C'est la demeure d’Astarot et de Khiara »
Gwael : « Ah… Ca ne m'étonne pas, il a bon goût »
Mesalyne : « Khiara aussi ! »
Syrio sourit : « Venez, on va entrez ».

Tous pénètrent dans la maison.

Syrio : « Voila »
Gwael émerveillée : « C'est immense ! »
Syrio : « Oui hihihi… C'est pour les enfants »
Gwael étonnée : « Les enfants ? »
Mesalyne éclata de rire en regardant Syrio et la tête de Gwael
Syrio : « Bah oui ! Les enfants quand ils en auront, car un enfant d’Astarot et de Khiara, va falloir de la place ! Ce sont de sacrés tempéraments ! »
Mesalyne approuvant de la tête : « Ca oui… »
Syrio hilare : « Car ca risque d'être quelque chose ! Un cyclone ! »
Gwael sur ses gardes : « Je ne connais pas assez Khiara et Astarot pour vous répondre »
Syrio : « bien et si on allait s'installer ? »
Gwael : « volontiers »


L’hypnose

Syrio : « Venez ! Installez-vous sur le fauteuil »
Gwael en s’asseyant : « Comment cela va se passer ? C’est que, je n’ai jamais fait ça ! »
Syrio : « Bien ! Ca va bien se passer ! C'est simple, je vais vous mettre dans un état second et on va discuter. Vous allez voyager dans votre subconscient ! ». Syrio sourit à la pensée d’avoir utilisé un mot aussi compliqué.
Gwael inquiète : « Mais ... Je me souviendrais de quoi après ? »
Syrio : « Vous vous souviendrez de tout ce que vous aurez découvert sur votre passé. Mais ne vous inquiétez pas, Mesalyne prendra des notes pour compléter et elle m'aidera pour les questions s’il le faut. On sera vos guides »
Gwael souriant malicieusement : « Votre talent doit être bien pratique auprès de la gente féminine »
Syrio rougissant : « Heuuuu… Je ne l’utilise pas pour ça »
Gwael moqueuse : « Je n'en doute pas, ce ne serait pas convenable de profiter ainsi de la situation… »
Syrio toussotant : « euh… Vous êtes prête ? »
Mesalyne prend de quoi noter.
Gwael un peu stressée : « Oui, je pense »
Syrio en sortant son pendule : « Détendez vous… Il ne vous arrivera rien ici »
Gwael : « Dois-je faire quelque chose ? »
Syrio s'approchant de Gwael : « Faites juste ce que je vous dis. Bien vous allez commencer par fixer se pendule ». Syrio met le pendule en mouvement, un mouvement léger et régulier. « Concentrez-vous ! »
Gwael : « Oui oui j'essaye »
Syrio : « Faites abstraction de tout ce qu’il y a autour de vous à part le pendule, n’ayez d’œil que pour lui ! Vos paupières sont lourdes. Votre tête devient lourde… »
Gwael commence à avoir la tête qui tourne un peu
Syrio : « Peu à peu vous entrez dans un lourd sommeil… »
Gwael baille à se décrocher la mâchoire.
Syrio : « Vous allez vous endormir quand je dirais 3 et seulement quand je vous dirais 3. Pour vous réveiller, il me suffira de claquer dans mes doigts. Alors 1… »
Gwael écoute avec attention, un peu dans le brouillard.
Syrio : « 2… »
Syrio : « Vous plongez petit à petit dans un état de sommeil profond »
Syrio : « Et 3 !!! »
Gwael s’endors, les yeux grands ouverts…
Syrio : « Ca y est, vous êtes en état d'hypnose, face à votre subconscient »


La scène du crime

Syrio : « Dame Gwael, dites nous ce que vous voyez autour de vous ? »
Gwael : « Je vois une grande caverne, et un lit. Je suis allongée sur le lit, je dors »
Syrio : « Etes vous seule ? »
Gwael : « Non, il y a une femme a coté de moi, par terre… Elle est bizarre…il … Il… Il lui manque sa tête ! Et… Et elle saigne sur tout le corps ! »
Syrio : « Y a t'il une arme à cotes d'elle ? »
Gwael : « Non il y a que de la terre, et… euh… Un homme ! Il est habillé comme un ranger. Il sourit, mais je sais qu'il est mort »
Syrio : « Donc il y a 3 personnes : vous, la femme et le rôdeur vrai ? »
Gwael : « Oui c'est ça, il n'y a personne d'autre »
Syrio : « Connaissez vous ces gens ? »
Gwael : « je crois que cette femme est ma mère, enfin c'est plus une impression qu'une certitude… Quant à l'homme, je ne le connais pas, bien qu'il me rappelle vaguement quelqu'un ou quelque chose »
Syrio : « Qu’est ce qui vous fait dire que c'est votre mère ? Il y a bien une raison qui provoque cette impression ? »
Gwael : « C'est la douleur de la voir morte qui me fait dire cela, une sensation terrible, comme si j'avais perdu un être cher. Oh Miséricorde !!! Ma mère… je l’ai tuée !!! » Gwael est soudainement secouée de spasmes, et ses yeux rougis déversent des torrents de larmes. « Comment pourrais-je survivre à cela ! Ma pauvre mère, qu’ai-je fait ? »
Syrio d’une voix douce : « Calmez vous, personne ne peut affirmer ce que vous dites. Prenons le temps de réfléchir avant de tirer des conclusions… Hummm… Voyons… Oui… Lorsque vous vous voyez sur ce lit, avez-vous du sang sur vous ? »
Gwael essayant de se contrôler : « Du sang ? Non, quand je suis sortie à la lumière du jour, j’ai pu vérifier que ma robe était propre. »
Syrio triomphant : « C’est donc que vous n’avez pas tué votre mère : en la décapitant, vous auriez du être tachée de sang ! Continuons à élucider cette scène… »

Ces chers parents

Syrio : « Vous rappelez vous votre père ? »
Gwael : « Non, pas vraiment… Je ne me souviens plus de lui, je ne vois plus son visage ! »
Syrio : « Quel était le métier de votre père ? »
Gwael déçue : « Je ne sais pas… Je n’arrive pas à m’en souvenir ! »
Syrio : « Arrivez vous à vous rappeler d’une image liée à votre père ? »
Gwael fouillant sa mémoire : « Euh… Oui, je vois mon père, enfin je ne le vois pas lui mais il est là, et il y a une foule de jeunes gens autour de lui »
Syrio : « Vous êtes maitresse du savoir ? »
Gwael étonnée : « Oui »
Syrio : « Qui vous a enseigné votre savoir ? »
Gwael : « C’est… Mais c’est mon père ! »
Syrio : « votre père n’était pas enseignant ? Cela expliquerait votre image avec les jeunes »
Gwael : « Oui, vous avez raison, il était enseignant, il donnait des cours à Dale »
Syrio : « Et votre mère, quel métier exerçait-elle ? »
Gwael : « ma mère vendait son corps dans une maison chic de Dale »
Syrio : « Et vous en aviez honte ? »
Gwael : « Non aucunement ! Je l’adorais. J’ai même tué pour elle »
Syrio : « vous avez tué quelqu’un pour la protéger ? »
Gwael : « Non, pour protéger son honneur, elle était déjà morte. Lorsque je suis allé dans cette maison huppée de Dale, un homme, qui pensait que je venais pour chercher un travail, m’a parlé de ma mère en des termes vulgaires et irrespectueux… Il m’a dit « Ah vous la connaissez ? C’était la plus grosse cochonne de notre établissement : elle assurait la recette à elle seule, il faut dire qu’elle n’avait pas froid aux yeux quand il s’agissait d’écarter les cuisses, et pour tout vous dire ». C’est à ce moment qu’il a vomit du sang, et que j’ai essuyé ma dague, puis je me suis enfuie en courant. J’ai rejoins Bree peu après ».
Syrio : « Que ressentiez-vous à ce moment ? »
Gwael : « une haine froide pour cet homme, puis un terrible sentiment de culpabilité : je venais de tuer un homme pour la première fois ! »
Syrio : « Et votre père, que pensait-il du métier de votre mère ? »
Gwael : « il l’aimait et lui pardonnait tout, mais ils ne vivaient pas ensemble »
Syrio : « Il avait donc un peu honte ? »
Gwael : « Non, il savait qu’il perdrait son travail d’enseignant si leur relation s’étalait au grand jour »
Syrio : « Votre mère vous ressemblait ? »
Gwael : « Pas vraiment, je ressemblais plutôt à mon père »
Syrio : « Cet homme dans la caverne, il vous ressemblait ? »
Gwael : « Oui… je crois qu’on peut dire cela »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour milki   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour milki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Milki c'est pour toi!
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Reboot et Itila Cala :: Les autres jeux de la communauté :: Le seigneur des anneaux online- Confrérie Itila Cala :: Background des personnages et la confrérie-
Sauter vers: