Forum de guilde Reboot (Rift et Aion) et de la confrérie Itila Cala (LOTRO)
 
Portail généralPortail général  AccueilAccueil  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 histoire d'Heswig (première partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: histoire d'Heswig (première partie)   Dim 16 Sep 2007 - 12:34

Heswig.

Né d'un père marchand et d'une mère qui tenait le magasin familial, Heswig fut d'abord un petit citadin tranquille jouant avec les autres chenapans en la cité d’Esgaroth.

Aidant sa mère de plus en plus souvent à mesure qu’il grandissait, il l’aidait à faire fonctionner la quincaillerie familiale. Il prit ainsi plaisir à parcourir la ville, distribuant et livrant les commandes faites par les uns et les autres, apportant casseroles, couteaux, pots et ustensiles.
Comme tous les enfants de son âge, il participa à sa façon à la vie de la cité et eut, du fait de son activité, une vision des gens et des intrigues assez pertinente et pu se faire une idée assez précise de la politique, de la place de sa ville dans le monde. Souvent protégé, ignoré des adultes de part son statut d’enfant, il pouvait sans se faire remarquer participer aux discussions des grands, apprendre des nouvelles que personne n’aurait pensé confier à une personne de sa condition.

Vers la période de ses 13 ans, en approchant l’été, il vécut fort mal la mort de son père, tué vraisemblablement par des bandits orques qui en voulaient aux marchandises en général, mais qui tuaient gratuitement, avec délectation tout être humain assez fou ou malchanceux de tomber entre leurs mains.

« La nouvelle l’avait assommé. Il venait de trouver Scott, le patron de l’Auberge Du Canal, à qui il avait remis le lot de casseroles commandées la veille, quand Simon son ami, un rouquin un peu bouffi d’environ un an son aîné, l’avait secoué par la manche d’un air sinistre pour lui annoncer la nouvelle.
- tu devrais rentrer chez toi, ta mère te cherche partout, il paraît que le cheval de ton père à été vu seul, juste à côté de la ferme aux pommes un peu à l’ouest !
Il l’avait alors suivi, courant comme un forcené dans la ville, un voile rouge lui montant aux yeux et suffoquant dans l’effort, mais obstinément décidé d’en savoir plus. Il ne voyait ni les gens, ni les étals éparpillés du marché, qui, distribuant ses belles couleurs de fruits ou d’étoffes, ses odeurs épicées ou ses douces effluves de cuissons qui échappaient des barcasses, petites constructions en bois typiques, sans murs, édifices fragiles hâtivement construits mais éminemment pratiques et si caractéristiques des marchés paysans.
Il ne leur fallut pas plus de quelques minutes pour rejoindre sa maison. Eut-il voulu demander à son ami quelques précisions, il n’aurait pu. Le train d’enfer, que soutenait Simon, l’empêchait de confier ses doutes, ses craintes sur ce qui allait suivre. Simon devait bien le savoir. Ils se connaissaient bien, et n’avaient pas de secret l’un pour l’autre. A chaque fois que gênés dans leurs mouvements ils étaient ralentis, Simon relançait la course, tournant autour de l’obstacle et s’échappait.

Sa mère avait appris la nouvelle. Elle était effondrée. Assise à côté d’elle, sa sœur Armène déclamait une supplique aux dieux, les yeux révulsés en arrière, implorant pour le pardon des âmes, récitant mécaniquement quelques vers.
Le regard qu’elle jeta sur son fils, totalement dénué d’espoir, le doucha encore un peu plus. Ses os lui firent mal tellement qu’il serrait ses poings, il ne voyait aucun espoir dans les yeux des adultes, aucun signe lui permettant de remettre en question les doutes qui l’assaillaient.
Sans un mot, il fit demi-tour, personne ne pu le rattraper. »

On dit que c’est ce jour là qu’il rencontra Galès, fils de Girion. Il avait décidé d’aller trouver son père et s’était décidé à sortir de la ville, seul si nécessaire.
En passant à côté du poste de garde, il trouva un jeune apprenti, fils du Seigneur capitaine de la ville, que l’on avait placé ici en corvée de garde, comme il sied à tout aspirant en phase de noviciat.

Les deux jeunes gens se comprirent rapidement, et Heswig n’eut aucun mal à se faire aider de Galès, son nouvel ami. Ils sortirent de la ville et ne revinrent que deux jours plus tard.
Personne ne sut ce qu’ils avaient fait ou vu, mais Heswig revint, le feux aux joues, un air sinistre et déterminé. Il ne repassa chez lui que pour prévenir sa mère qu’il voulait s’engager dans la garde de la ville et s’en fut, sans aucun regard en arrière, sans même emporter le moindre souvenir de son existence passée.
Revenir en haut Aller en bas
Enge
Archange parleur
avatar

Nombre de messages : 2575
Localisation : 6, cour des Myrtes, Ormecoin, Comté

MessageSujet: Re: histoire d'Heswig (première partie)   Lun 17 Sep 2007 - 8:49

[HRP] Joli texte Smile Merci Capitaine [/HRP]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.biblioenge.fr
Jelena
Sage bavard


Nombre de messages : 1456

MessageSujet: Re: histoire d'Heswig (première partie)   Lun 17 Sep 2007 - 9:20

[HRP] Je plussoie, joli texte qui appelle une suite... [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: histoire d'Heswig (première partie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
histoire d'Heswig (première partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Ce que l'homme retiendra de moi, si il retient quelque chose, ce ne sera qu'une infime partie de la vérité." ||DANSEUSE||
» ¤ Première partie des remises de prix ¤
» Le devoir d'une prêtresse - Première partie [Iseult]
» Allons-y, tuons un contre-amiral, tout va bien, je gère.[Première partie]
» Première partie... de fin de soirée. [Pv Yamada Kioshi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Reboot et Itila Cala :: Les autres jeux de la communauté :: Le seigneur des anneaux online- Confrérie Itila Cala :: Background des personnages et la confrérie-
Sauter vers: