Forum de guilde Reboot (Rift et Aion) et de la confrérie Itila Cala (LOTRO)
 
Portail généralPortail général  AccueilAccueil  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Exil et Renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Exil et Renaissance   Dim 8 Juil 2007 - 22:28

Ô chère contrée de Bree. Ce n'est pourtant pas toi qui m'a vu venir en ce monde, mais bien le Gondor et son agitation guerrière perpétuelle. Las de ces tours d'albâtres, ces murs de marbres à jamais fissurés et qui ornent encore les frontons des ruelles d'Osgiliath la Lumineuse... La pâleur de ces murs envahit subreptiscement le coeur de ces hommes prêts à défendre par leur mort une ville, une rue, un mur, une porte.

Folie que tout ça, ce chaos ne me correspondait pas, je choisis donc très tôt l'exil, un peu plus au nord dans ces Terres du Milieu que je chéris et où je t'ai adopté, mon cher pays de Bree. Tu es devenu ma patrie, et plus encore mon nouvel élan.

C'est grâce à toi et à tes paysages verdoyants faits de collines, de champs à perte de vue, d'étangs et mares en tous genres que la vraie magie de ce monde m'est apparue...la Nature sera ma foi. Sans le savoir, je m'apprêtais à rentrer dans le sillage de celui qui allait devenir mon mentor, le sage Radagast le Brun.

Enfermé dans des bibliothèques poussiéreuses des jours durant, je me nourrissais du savoir des hommes...mais c'est au cours de mes périples que ma connaissance se fit plus forte. Certes le langage des corbeaux et des ours fut difficile à appréhender, mais le plus dur fut tout de même la maîtrise des forces naturelles qui permettent de tout faire (ou presque). A force d'enfermement dans les lieux de Connaissance, les gens me donnèrent le titre de Maître du Savoir...mais que connaissaient-ils du vrai Savoir pour m'affubler d'un tel attribut ?

Vivant à l'écart du reste du monde, les citadins me raillaient, me craignaient ou m'ignoraient (ce qui n'était pas pour me déplaire). Tantôt vu comme Flanigan l'érudit, le fou ou le sombre magicien venu espionner pour le compte du Mordor, ma présence en ville n'avait rien de paisible...mais peu m'importait, notre mère à tous avait besoin de nous.

Au cours de mes longues années d'errance, je fis beaucoup de rencontres. Amusantes, imprévues, enrichissantes...voire même périlleuses. Jusqu'à ces derniers jours je fus donc sans attache, sans rapport direct avec les habitants de ces Terres qui me sont chères plus que tout au monde...jusqu'à ces derniers jours !

Lors d'un périple qui devait m'amener aux alentours de la Cascade de Staddel, je croisais deux jeunes gens pleins de fougue et d'envie. Yetou était un jeune instruit Maître du Savoir et Alexandrra une jeune chasseresse. Bien sûr, de jeunes aventuriers j'en avais croisé tout au long de mes traversées sauvages : de fougueux humains cavaliers du Rohan, de taciturnes nains des Montagnes Bleues, de raffinés elfes de Fondcombe et jusqu'aux insouciants hobbits de la Comté ...mais je reconnaissais ces deux-là sans jamais les avoir connus...comme si je les connaissais d'une vie antérieure ! Je me souvenais vaguement avoir foulé à leur côté de vertes prairies empruntes de magie mais également de féroces champs de batailles où nous avions connu gloire, mort et tristesse ! Et peu importait si nous avions été ennemis ou pas, nous étions cette fois-ci du même côté, celui de la Lumière.

C'est un peu pour finir ce que nous avions entamés ensemble dans ce qui me semblait être une autre vie que je leur demandais de me présenter à leur Confrérie : ITILA CALA. J'y fut accueilli avec chaleur par ceux que je considère désormais comme Frères et Soeurs d'armes. En ces jours sombres où le Mordor étend son influence mortelle et son ombre glacée, nous devons défendre nos Terres à tout prix.

Le bruit courait que Gandalf le Gris avait déjà organisé une expédition visant à neutraliser à tout jamais le terrifiant Sauron. Il avait ainsi mis sur la route de jeunes hobbits, dont un nommé Frodon avait pour terrible charge de porter l'objet dont on tait le nom sur l'autel de sa destruction, provoquant ainsi la perte du Mordor pensait Gandalf. "Battez-vous pour votre vie !", tel était l'ordre donné par Gandalf aux peuples encore libres, en attendant de pouvoir défaire les machinations combinées de Sauron du Mordor, de Saroumane en Isengard et de leurs sbires maléfiques. C'est à nous d'écrire l'Histoire de nos Terres !!!

"POUR LA GLOIRE D'ITILA CALA ! POUR FRODON !"


Dernière édition par Blackblade le Mar 1 Juil 2008 - 9:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gudrimhid
Admin
avatar

Nombre de messages : 4324
Localisation : Saint quentin (02)

MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Lun 9 Juil 2007 - 9:40

[hrp]
Impeccable flanigan Smile
gudrimhid
[hrp]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://reboot.actifforum.com
Jelena
Sage bavard


Nombre de messages : 1455

MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Lun 9 Juil 2007 - 11:02

Citation :
Yetou était un jeune instruit Maître du Savoir et Alexandrra une jeune chasseresse

Chapeau à toi Flanigan, car on peut pas dire que tu étais bien parti dans la vie <runnn pas taper Alex et yetou !>

Blague à part, j'aime beaucoup le style, qui change beaucoup des autres bg.

Gwael
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Lun 9 Juil 2007 - 16:36

Admirable... Merci pour ce beau BG.
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Lun 9 Juil 2007 - 22:44

Merci pour tous vos compliments Embarassed

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Mar 10 Juil 2007 - 20:09

Bravo pour l'écriture très agréable. Jolie histoire que tu nous contes là

Yetou (pense à écrire autre chose pour rivaliser avec toutes ces belles plumes)
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Un grain de sable dans les rouages du Mordor...   Lun 23 Juil 2007 - 14:35

Mes pas m'amenèrent ces jours-ci dans la région dévastée des Terres Solitaires. Des hordes d'orques et de gobelins avaient depuis peu colonisé les flancs du Mont Venteux. Dans cette région où seuls les plus sauvages ne sauraient survivre, des masses d'araignées monstrueuses disputaient aux meutes de ouargues assoifés de sang les restes des rares héros assez fous pour venir s'aventurer aussi loin. Bien sûr, je devrais un jour moi aussi affronter ces périls, mais l'heure n'était pas encore au combat.

Les corbeaux m'avaient informé depuis trois jours que Radagast le Brun avait décidé de faire halte à Ost Guruth la Cité des Sables, rare place forte de la région encore aux mains des Peuples Libres. Je m pressais donc à la cité afin de demander audience auprès du Sage parmi les Sages. La Grande Route de l'Est fut assez difficile à emprunter, devant essuyer les embuscades tendues par les orques qui s'aventuraient en dehors de Minas Eriol, les crébains, yeux maléfiques du Mordor et autres patrouilles d'orques qui ne toléraient pas la moindre présence d'étrangers sur leur territoire. Ma maîtrise des Forces de la Nature étaient encore perfectible, mais ces dons de notre Mère Nourricière suffirent à les mettre en déroute sans grande difficulté.

Il ne me restait que quelques lieues avant d'atteindre le seul repaire sûr de la région. Mais deux araignées d'Amon Ros, des Ruinetoiles (qui comptent parmi les plus féroces espèces d'araignées de l'Eriador) me prirent en traîtrise. Je ne dus mon salut qu'au sacrifice de Beorn, mon fidèle ours ainsi qu'au Conseil Blanc qui m'évita la mort à quelques morsures près. Je pris la fuite, éperdu, vers la Cité des Sables. Sur les marches ensablées, je tournais les yeux vers les Ruinetoiles, fixant leurs 16 paires d'yeux et leur promettant silencieusement de revenir venger la mort temporaire du brave Beorn.

Dans les tourments des flammes et sous les coups de griffe du brave Beorn, elles éprouveraient sous peu peur et douleur comme jamais elles n'auraient connu auparavant. Je leur promettais !

Mais l'heure n'était pas à la vengeance, pas encore. Prenant un temps de repos nécessaire dans la cité, je pus faire l'expérience des talents du Guérisseur de la région. Une fois remis sur pieds, je remis mes habits en ordre, m'époussetant tranquillement. Je me dirigeais vers la Tour où devait siéger Radagast. Pas un seul garde en vue, j'ouvrais la porte et montais l'escalier lentement jusqu'à aboutir à l'étude de Radagast le Brun.

Dans un fouillis de paperasses tombées au sol, de potions entamées et entreposées sur une table à la va-vite, Radagast semblait vaquer à ses études, un livre dans la main. Il ne semblait pas avoir noté mon arrivée, je dus m'annoncer en m'inclinant :

- "Maître Radagast le Sage, je suis Flanigan de Bree pour vous servir..."
- "Relevez-vous ! Nous n'avons pas de temps à consacrer aux mondanités ! La Nature est en danger, ou plutôt devrais-je dire, son équilibre. L'Ombre du Mordor corrompt chaque jour un peu plus les airs, les eaux, les forêts. Nous ne pouvons plus rester inertes."
- "Mais que faire ? Les forces du Mordor sont puissantes..."
- "Et la Nature l'est bien plus encore...encore faut-il savoir en faire usage. Même le plus grand des dragons peut succomber aux forces de la Nature. N'oubliez jamais cela, cher disciple."
- "Cet apprentissage demande du temps, et ce temps nous n'en disposons pas !"
- "Tout est relatif pour la Nature, y compris le temps ! Vous voyez cette montagne qui surplombe Ost Guruth ? Il y a des millénaires elle n'existait pas, la Nature l'a formée par sa propre force. Un homme peut-il briser un rocher gros comme cette tour ? Non. La Nature elle a brisé bien des Citadelles depuis le Premier Age. Gardez cela en tête."
- "Mais...c'est vrai ! Je ne dois pas douter !"
- "Et vous ne serez pas seul, cher disciple. Je vous ai volontairement dirigé vers la Confrérie Itila Cala. Vous avez été intégré à celle-ci récemment. D'ailleurs je vous invite à rejoindre Gudrimhid qui vous a accepté dans les rangs des Itiliens"
- "Gudrimhid...et où puis-je le trouver ?"
- "C'est lui qui vous trouvera, ne vous éloignez pas trop d'Ost Guruth" conclut-il en arborant un léger sourire

Je pris congé de Radagast le Brun et redescendit les escaliers. Mais qui était ce Gudrimhid ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Blackblade le Mar 1 Juil 2008 - 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Gagner la Confiance   Jeu 9 Aoû 2007 - 21:20

Ainsi ce Gudrimhid me trouverait au pied de la Citadelle des Sables, je décidais donc de m'asseoir sur les marches ensablées qui marquaient l'entrée d'Ost Guruth...et effectivement, au moment où la course du soleil commençait à décliner vers l'horizon, je vis arriver un homme pouvant correspondre au portrait rapide que m'avait brossé Radagast le Brun. Un homme vigoureux aux cheveux longs et à la barbe "soigneusement laissée à l'abandon" comme m'avait dit mon mentor auparavant. En le voyant, je ne pus m'empêcher de retenir un rire discret, me souvenant de ce dernier détail. Son armure de gardien lui allait comme un gant, mais on devinait facilement les traces laissées par les derniers combats contre quelques créatures maléfiques de nos Terres. Probablement de féroces ouargues des terres de l'est ou encore des trolls venus du sud. Comme il se rapprochait, je devinais les longues griffes qui avaient lacérées les plaques droites du torse...en vain, et heureusement pour cet homme que je ne connaissais pas encore.

Nous ne nous sommes pas cherchés trop longtemps, nous avons assez vite compris lui et moi que nous étions chacun la personne recherchée par l'autre. A son approche je me levais et lui m'adressa :
- "Etes-vous Flanigan, le Maître du Savoir ?"
- "Oui, Sieur Gudrimhid Limnir ?"
- "Exactement, je représente la Confrérie Itila Cala. Veuillez me suivre, nous avons à parler."

Je me préparais donc à le suivre, pensant que nous nous retirerions dans une salle de la citadelle afin de pouvoir parlementer à l'abri des regards et oreilles indiscrètes...mais quel ne fut pas ma stupeur lorsque je le vis redescendre les marches et se diriger vers le nid des araignées Ruinetoiles qui avaient terrassé le pauvre Beorn à mon arrivée dans ces terres. Un champ de bataille pour terrain de discussion, ça me plaisait assez...à partir du moment où je pourrais survivre bien entendu !

Mais mes craintes à ce sujet allaient rapidement se dissiper. Beorn était à nouveau à mes côtés et les créatures qui nous faisaient face étaient toutes plus menaçantes les unes que les autres. Tentant de me prendre au piège, une tisseuse bondit vers moi, crochets en avant et enduits de venin. La réaction de Gudrimhid ne tarda pas, de son bouclier il me protégea et riposta d'un coup d'épée d'une violence inouïe qui disloqua l'arachnide en quelques secondes...et ce ne sont pas ses trois congénères qui lui vinrent en aide qui purent y changer quoi que ce soit. Elles furent toutes les trois débitées ou fracassées en un temps record. Même le pauvre Beorn me lança un regard et un grognement de dépit en voyant une telle furie...il ne pouvait même pas s'amuser un peu, si ce n'était avec leurs pattes d'arachnide une fois mortes !

Entre deux assauts, Gudrimhid entama la conversation :
- "Excusez-moi du lieu pour une rencontre, mais c'est bien sur le champ de bataille que je me sens le plus à l'aise" me lança-t-il
- "Je vois ça, vous vous en sortez admirablement bien"
- "Je voulais savoir quelles étaient vos impressions quant aux troubles qui pullulent sur les Terres du Milieu"
- "L'influence néfaste du Mordor grandit, trop vite à mon goût. L'urgence est à nos portes, il nous faut agir et vite."
- "Et que pouvons-nous faire ? Prier les Valar pour leur bienveillance ?"
- "Les Valar...ces dieux sont faibles...ils ont laissé Sauron s'emparer du pouvoir, ils n'ont pas su tenir l'Alliance des Peuples Libres. Les Valar ont failli, ils ne méritent plus notre confiance. Agissons par nous-mêmes pour notre salut !"
- "Je ne saurais dire si ce que vous dites est empreint de sagesse ou de folie" répliqua Gudrimhid assez surpris
- "Je ne le sais pas moi-même...seul notre destin à tous me dira si mes pensées ne sont que Sagesse ou Folie pure !"
- "Bien, très bien tout cela ! Sachez que Itila Cala a rejeté l'influence des Valar depuis bien longtemps et que nous avons besoin de personnes de confiance afin de propager nos idées et agir dans l'intérêt de notre Monde"
- "Tel est bien le but de ma vie, agir dans l'intérêt de notre Monde...et je vois que nous avons beaucoup de choses en commun"
- "Que vous soyiez Sage ou Fou, cher Flanigan de Bree, je vous annonce que vous êtes désormais un Itilien"
- "Je tacherai d'en être digne Sieur Gudrimhid Limnir" ajoutai-je en m'inclinant
- "Considérez chaque membre de notre Confrérie comme un Frère ou une Soeur, vous serez considéré en retour comme un Frère à tous"
- "Ma loyauté sera sans faille, je puis vous en assurer Seigneur"

Une fois mon entrée dans la Confrérie scellée par une vigoureuse poignée de main, Gudrimhid m'escorta vers Ost Guruth où je ne risquais plus rien puis il prit congé de moi se dirigeant vers une monture qu'il venait de commander aux écuries :
- "Je dois partir aider Enge, une de nos soeurs Maîtresse de Savoir tout comme vous Flanigan"
- "Je ne vous retiendrai donc pas plus longtemps, je vous souhaite bonne chevauchée Messire"
- "Une dernière chose, appelez-moi Gud !" lança-t-il en m'adressant un clin d'oeil
- "Une dernière chose, mes frères et soeurs me tutoient cher Gud" répliquai-je avec un sourire en coin
- "Je te salue alors"

Puis je le vis tourner bride et s'éloigner de la Cité des Sables au grand galop. Une forte personnalité que je recroiserais sous peu, à n'en pas douter. Peut-être que je n'étais pas seul dans ce monde, peut-être que d'autres âmes aspiraient aux mêmes idéaux, aux mêmes buts. Mon avenir proche se définissait en tout cas en deux mots : ITILA CALA !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Blackblade le Mar 1 Juil 2008 - 9:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Malaphor
Sage bavard
avatar

Nombre de messages : 1430
Localisation : Vélizy-Villacoublay, région Parisienne.

MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Ven 10 Aoû 2007 - 9:29

mouarf, très long mais très bien écrit Wink GG sunny
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Ven 10 Aoû 2007 - 12:57

Merci Wink mais j'ai du mal à écrire pour deux lignes seulement Razz

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Un souffle venu du passé   Sam 11 Aoû 2007 - 8:55

Une fois mon entrée dans Itila Cala officialisée, je retournais au quartier commerçant d'Ost Guruth afin de soigner mes finances mises à mal par les nombreuses réparations de matériel nécessaires après chaque assaut. Je me fis alors interpeler par un jeune coursier qui semblait avoir un pli pour moi :
- "Messire, êtes-vous bien le mage connu sous le nom de Flanigan de Bree ?"
- "Oui c'est bien moi", lui répondis-je surpris qu'une si jeune âme puisse connaître mon nom
- "J'ai une missive pour vous"
- "Une missive ? De la part de qui ?"
- "Une jeune femme...je l'ai croisée à Osgiliath, je vous cherche depuis trois semaines maintenant ! Elle m'a chargé de vous remettre cette lettre même si cela devait prendre des mois à vous retrouver"
- "Une jeune femme vous dites ? Cela ne me dit rien... Merci pour tout jeune homme, prenez pour vous", lui dis-je en tendant une bourse de 10 pièces d'argent
- "Merci Messire, je vous souhaite une bonne journée"

Puis il me remit la lettre. Encore sous le coup de la surprise, je me demandais qui pouvais bien m'écrire. Un peu empressé, je décachetais la missive et l'ouvrit :


Cher Oncle,

Je me doute que cette lettre risque de vous surprendre, mais de sombres développements m'ont poussée à vous écrire. Je ne vous connais pas, ou peut-être m'avez-vous connu il y a de cela quelques vingt années. Je n'étais encore qu'une enfant et ma mère, votre soeur, vivait avec mon père et moi-même à Osgiliath. En ce temps-là, la Cité Blanche arrivait encore à repousser les créatures maléfiques qui l'abordaient régulièrement. Mais la situation s'est profondément dégradée depuis peu. Il y de cela deux ans, ma mère insistait pour que je devienne une joaillière, pensant ainsi m'écarter de la carrière de soldat que mon père souhaitait me faire embrasser. Pendant une année je suivis les enseignements précieux d'un joaillier talentueux, Maître Baldwin.

Cet homme vous connais et connaissais aussi mon histoire que même moi ignorais...c'est grâce à lui que je sus qui vous étiez, pourquoi vous étiez partis. Bien entendu, je n'en ai pas parlé de suite à ma mère. Il y a de cela trois mois, mon père fut massacré avec sa troupe lors de la bataille des Sept Flambeaux d'Osgiliath. Affolée, ma mère décida de fuir vers le Nord pour retrouver les contrées plus calmes de l'Eriador. Je refusais de la suivre, peut-être aurais-je du...bien que faisant partie d'une caravane d'une trentaine d'hommes et de femmes escortés par une unité de soldats, tous furent massacrés dans une embuscade à quelques lieues au nord d'Osgiliath.

Vous restez donc, cher oncle ma seule famille sur ces terres. Je connais une partie des raisons qui vous ont poussées à l'exil, Maître Baldwin m'en ayant souvent parlé durant mon apprentissage. Je ne peux qu'être d'accord avec vos motivations, ces combats incessants me pèsent également sur le coeur. Mais ne possédant pas votre érudition et ne disposant pas du temps nécessaire pour devenir aussi instruit que votre vie a pu vous transformer, j'ai décidé d'embrasser la carrière de Capitaine au service du Gondor. Mon enseignement est tout récent et il reste grandement à parfaire, j'en suis parfaitement consciente.

Par cette lettre je ne viens pas mendier votre aide, au contraire je viens vous apporter la mienne dans la mesure où elle pourrait vous être utile. Je mets également à votre service mes aptitudes liées à la joaillerie que je compte bien développer sur les routes qui m'amèneront peut-être vers vous. Mon très cher oncle, j'espère vous revoir rapidement afin de retrouver un peu de bonheur en ces temps troublés.

Votre dévouée nièce
Amawyn Alantir


J'étais littéralement sous le choc...ma soeur avait péri, sa fille que je n'avais jamais vue me contactais après tant d'années...et ce nom Alantir, il fut bien le mien...mais cela me semblait être dans une autre vie. Personne ne m'avait plus appelé par ce nom depuis des années maintenant. Et cher vieux Baldwin, il n'avait pas pu tenir sa langue. Je retrouvais donc une famille légitime, j'étais de moins en moins seul...et cela semblait me convenir. Ma petite Amawyn, je ferai tout mon possible pour te venir en aide...mais tu semblais déjà posséder un caractère bien trempé et une fougue bien vivace !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Blackblade le Jeu 3 Juil 2008 - 9:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Ombre et Esprit   Mer 31 Oct 2007 - 15:28

Où suis-je ? Quelle heure est-il ? A vrai dire je n'en savais plus rien... Conscient de la menace qui se rapprochait de nous, je m'étais brutalement retiré pour étudier et méditer. Curieuse idée que de se réfugier dans les livres en de telles circonstances... Je restais enfermé dans une bibliothèque de Cuillond à la recherche du Savoir si précieux du peuple elfique. Mais quelque chose semblait changer à l'extérieur, dans ce monde que je n'avais pas revu depuis des heures, des jours, des semaines... Et ce changement portait un nom : Espoir.

Depuis longtemps, les Peuples Libres ne semblaient plus capables de fraternité, d'harmonie mais tout cela changeait. Je fus ravi d'apprendre que plusieurs bannières dont celle d'Itila Cala s'étaient réunies sous celle de Lueur Nomade, qui avait pour ambition d'apporter la Lumière Sacrée des Peuples Libres partout où le Mal se trouvait. Un début de constitution d'une force, certes, mais très prometteur au vu des premiers échanges entre tous les Héros et Héroïnes impliqués.

Et la vie qui continuait à s'organiser sur nos Terres, voyant apparaître des quartiers résidentiels aux quatre coins de l'Eriador. Elfes, nains, hobbits et humains avaient repris espoir, repoussant la fatalité de disparaître sous les assauts des forces sombres venues du Mordor. Et comme un symbole, le Grand Hall d'Itila Cala avait déjà été le théâtre d'une réunion générale de Lueur Nomade...à laquelle je n'avais pas pu physiquement assister, non sans un grand regret.

Mais mon silence touchait enfin à sa fin. Ma retraite provisoire se terminait après avoir trouvé quelques réponses aux nombreuses questions qui me tourmentaient. Je savais désormais quel devait être mon destin, ma foi, mon pouvoir. Et là je compris encore mieux les paroles de Radagast le Brun quand il me disait "Tout est relatif pour la Nature, y compris le temps !". Plus jamais le temps ne pourrait me presser, plus jamais je ne craindrais la fin de notre Ere. Car tant que la flamme de la révolte animera nos combats contre le Mal, nous serons tous Eternels...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Blackblade le Mar 1 Juil 2008 - 8:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Mer 31 Oct 2007 - 15:30

[HRP]
Bon tout ça pour justifier de mon absence temporaire tongue je vous oublie pas mais vraiment plus le temps de me co IG en ce moment Crying or Very sad mais je reviens bientôt, c'est promis Razz

/kiss tlm
[/HRP]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   Mer 31 Oct 2007 - 18:54

Merci pour le texte Flani, très joli (dirais-je comme d'habitude??).
Reviens nous quand tu le peux, mais vite Very Happy

Yétou
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Sagesse et surprise   Ven 20 Juin 2008 - 12:40

- "Poiredebeurré !!!! Ma bière !!!" meugla un client visiblement pressé d'étancher sa soif
L'auberge du Poney Fringant a toujours été pour moi comme un havre de paix, comme si les forces de l'Ombre craignaient les émanations d'alcool, les éclats de rire ou encore les éructations bruyantes de la faune locale. Peut-être était-ce l'arme ultime, pensais-je en souriant intérieurement. Et j'imaginais un troll passer le seuil de la porte...avant d'hurler de terreur à la vue d'une pinte de bière ! J'éclatais de rire, tout seul accoudé au comptoir. Mes proches voisins parurent surpris, certains esquissant à leur tour un sourire, d'autres se renfrognant en replongeant leur nez dans dans leur chope en me prenant certainement pour un illuminé. Tout ceci semblait alléger mon coeur, alourdi ces derniers temps par ces hordes de monstres qu'il m'avait fallu exterminer aux abords d'Aughaire. Les marais situés à l'est de ce pauvre village perdu en Angmar semblaient être le théâtre d'une montée en force des maléfices du Roi-Sorcier. Rien de bon pour l'avenir...

Je m'apprêtais à quitter l'auberge après avoir vidé ma pinte quand soudain une voix derrière moi se fit entendre :
- "Tavernier, reservez donc un verre à mon vieil ami !"
Cette voix semblait faire partie intégrante de ces lieux. Et pour cause, en me retournant je reconnut le seigneur Yetou, gardien honoraire et non officiel des tavernes de tout l'Eriador.
- "Sieur Yetou, quelle bonne surprise de vous revoir !"
- "Mae Govannen Flanigan, mes hommages"
Et c'est donc autour d'une fraîche pinte du meilleur houblon de la Comté que Yetou me rapporta les derniers échos des combats en Eriador jusque dans les zones les plus dangereuses où je n'osaient pas encore m'aventurer, conscient des progrès me restant à accomplir avant de pouvoir survivre dans ces régions. Au final, Yetou me suggéra d'aller visiter la bibliothèque de Celondim qui était réputée pour renfermer les plus grands secrets des Arcanes du Savoir Elfique. Considérant cette proposition, j'annonçais à mon ami mon intention de suivre ce sage conseil avant de reprendre le combat.

Je me mis prestamment en route pour la cité elfique après avoir chaleureusement salué Yetou...et surtout après lui avoir offert une dernière pinte. La route qui menait de Bree à Celondim me semblait moins dangereuse qu'auparavant. Etait-ce du à un réel recul des Forces des Ténèbres ? Ou alors avais-je inconsciemment gagné en puissance ? Bien que parsemée de créatures sauvages et hostiles, aucune embûche ne devait m'empêcher d'atteindre la cité d'Opale.

A la fois paisible et grandiose, à l'image du peuple qui l'avait construite, ses arcades d'albâtres taillées telles de la dentelle ne semblaient tenir que par la magie de ces lieux.
- Mae Govannen, m'accueillit une douce voix elfique alors que je me tenais le nez en l'air à admirer cette architecture si fine
- Euh...mes hommages jeune elfe, m'inclinais-je en réponse
Elle sourit, puis se mit à rire discrètement avant de s'éloigner. Il est vrai que "jeune elfe" pouvait paraître déplacé...elle qui devait avoir 4 fois mon âge...

Une fois avoir visité l'artère principale, je me dirigeais vers la Bibliothèque. Et effectivement, Yetou avait vu juste. La masse de connaissance contenue dans ces ouvrages étaient tout simplement hallucinante. Une vie d'homme ne suffirait pas à en intégrer ne serait-ce que la moitié. Après quelques jours passés dans cette mine inépuisable de Savoir, je décidais de rester à plus long terme dans les environs de Celondim. Le bruit avait déjà couru que Falathlorn disposait d'un quartier résidentiel à proximité. Il se situait non loin de la Comté, ce qui me paraissait idéal pour retourner plus facilement vers Bree que je ne pouvais me résoudre à quitter trop longtemps.

Ma décision fut rapidement prise, je me fis acquéreur d'une petite demeure elfe dans le quartier de Bruinach, au 12 Voie des Havres. Ravi, je pris possession des lieux. Après avoir passé quelques heures à installer mon intérieur et mettre en ordre le jardin, je m'apprêtais à visiter le voisinage avant de retourner à Celondim...quand soudain, je sentis une présence furtive près de moi...

- "Mae Govannen, calo anor na ven !"

Cette phrase semblait sortie des ombres du sous-bois alentours...mais qui avait pu la prononcer ? Qui était tapi dans l'ombre ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Blackblade le Mar 1 Juil 2008 - 8:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blackblade
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 358
Localisation : 12 voie des Havres, Bruinach, Falathlorn

MessageSujet: Une voix dans l'ombre   Mar 1 Juil 2008 - 8:47

- "A qui ai-je l'honneur ? Qui êtes-vous ?"
- "Me reconnaitrez-vous ?" fit la voix avant de voir une silhouette émerger lentement du sous-bois
Deux secondes, c'est le temps qu'il me fallut avant de réaliser qui se tenait là, devant moi. Un souvenir, vieux de 40 ans maintenant mais encore vivace. Et pour cause, malgré les années, cette elfe n'avait pas pris une seule ride.
- "A...Ano...."
- "Suilad mellon cher Flanigan, que la lumière éclaire votre vie"
C'était bien elle, Anowen, une jeune chasseuse elfe que j'avais sauvée il y a de cela 40 ans des griffes d'une troupe d'orques en maraude près de Celondim alors que j'étais en voyage dans cette région elfique réputée déjà à l'époque. Sans mon intervention, elle aurait probablement fini sous les canines acérées de ces monstres.
- "Que deviens-tu ma jeune amie ? Enfin jeune...euh je veux dire..."
Elle sourit devant mon embarras.
- "Ne sois pas géné, cher ami mes 117 ans font effectivement de moi une jeune elfe"
- "Que me vaut l'honneur de ta visite, très chère Anowen ?"
- "Tu m'as sauvé la vie autrefois, et je tenais à payer ma dette depuis longtemps. Voici pour toi, me dit-elle en me tendant un pendentif
Je le pris au creux de ma main en l'observant précisément afin de déterminer d'où il provenait. Très vite, je reconnus le Sceau de la Famille Alantir du Gondor."
- "Amawyn ! Que lui est-il...."
- "Rassure-toi, elle va bien. Elle s'était perdue dans les Hauts du Galgal et s'est faite surprendre par les spectres qui hantent ces lieux maudits. Malgré sa hargne au combat, elle a failli trépasser plusieurs fois...mais quelques flèches font merveille quand on sait s'en servir tout en restant dans l'ombre, me fit-elle avec un clin d'oeil. Elle a tout de même perdu connaissance la dernière fois."
- "Cette jeune fougueuse...sa bravoure la perdra..."
- "Je veillerai à ce que tu aies tort. Je serai son ombre tant que le danger la menacera sur nos terres. C'est ainsi que je paierai ma dette de Vie."
- "Merci ma chère amie, avec toi à ses côtés je sais qu'elle ne craint plus grand chose désormais"
- "Ta confiance m'honore, je tâcherai d'en être digne"
- "Tiens, si tu pouvais lui confier ceci"
Je confiais à Anowen une broche en forme de feuille qui m'avait été donnée par les elfes de la Lorien.
- "Je garderai le Sceau de ma famille du Gondor"
- "Elle l'aura au plus vite, je te l'assure...mais attends, avant de partir je tenais à te donner ceci"
La jeune elfe me tendit une broche représentant une chouette en héliotrope, magnifiquement ciselée.
- "Cette broche a été ciselée dans le Lindon, ma terre natale. Et elle a un pouvoir tout particulier puisqu'elle permet à son détenteur de paraître aux yeux des autres plus jeune que la réalité. Elle m'a été donnée à ma naissance...mais je ne pense pas en avoir besoin avant quelques décennies", fit-elle avec un sourire
- "Merci beaucoup pour ce présent, je tacherai d'en prendre grand soin, mon amie"
- "No galu govad gen"
- "Ná Elbereth veria le"
...et aussi vivement qu'un lynx, elle se fondit dans les ombres du bosquet...avant de disparaître sans un bruit...
- "Namárie, Tenn' enomentielva", murmurai-je

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exil et Renaissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exil et Renaissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» TRAITE GARDER J B ARISTIDE EN EXIL ! FUNERAILLES OFFICIELLES POUR D . BERROUET
» Malgré l’exil, Aristide reste au centre de la politique en Haiti
» En Haïti, le désespoir pousse à l'exil malgré les risques
» L'exil est une espèce de longue insomnie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Reboot et Itila Cala :: Les autres jeux de la communauté :: Le seigneur des anneaux online- Confrérie Itila Cala :: Background des personnages et la confrérie-
Sauter vers: