Forum de guilde Reboot (Rift et Aion) et de la confrérie Itila Cala (LOTRO)
 
Portail généralPortail général  AccueilAccueil  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 BG de Gwael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jelena
Sage bavard


Nombre de messages : 1456

MessageSujet: BG de Gwael   Lun 30 Avr 2007 - 18:56

Voici mon BG, publié sous forme de chroniques, dont les pages manquantes seront complétées au fur et à mesure... Cette première version est susceptible d'être modifiée, car je modifie encore un peu l'histoire globale.

Gwael

----------------------------------------------------------------------------------

Texte retrouvé dans une bouteille le 11 janvier 3023, par des pécheurs au large des côtes d’Umbar.

Si vous trouvez ce document, c’est que la mer n’aura pas souhaité le garder et l’aura rejeté sur les plages de Gondor ou des Havres Gris. « C’est le destin » diront certain, mais le destin a été pour moi comme une épée en permanence au dessus de ma tête.

Je ne sais pas trop par ou commencer pour vous raconter mon histoire, et à ceux qui me répondrait : «
par le commencement », je leur réponds que cela m’est impossible !

Tout homme souhaiterait connaître la date de sa mort et la question se pose de savoir si cela est un bien ou un mal ? Je pense être la meilleure personne pour répondre à cette question, car j’ai vécu les deux situations : j’ignorais la date de ma première mort, mais je connais la date de ma prochaine mort, qui sera hélas définitive, et cette pensée me hante, chaque jour qui passe me rapprochant un peu plus de mon funeste destin.

Puisse mon journal permettre à d’autres d’éviter un si funeste destin, ainsi d’un mal pourra jaillir un bien.


11 Janvier 3016

Je me suis souvent demandé ce qui m’effrayait tant dans la mort. Je crois que beaucoup de gens, à cette question, répondent « la souffrance » mais ils se trompent : la souffrance n’est pas la mort, elle la précède. Non, ce qui est effrayant dans l’idée de la mort, c’est le fait de ne plus exister, ni pour les autres, ni pour soi même : avant on était, et d’un seul coup on est plus, juste un souvenir dans la mémoire des êtres chers, destiné à s’éteindre.

Je suis morte une première fois, je devais avoir autour de 16 ans. Je me souviendrais toujours de ce jour, ou plus exactement, du jour suivant. Lorsque je me réveillais, il n’y avait aucune lumière dans la pièce. Je tâtonnais un moment avant de trouver une porte. Lorsque je l’ouvris, je vis qu’elle donnait sur un couloir faiblement éclairée par des torches. J’ignorais tout de ce lieu et n’avait aucune idée de pourquoi j’étais la. Pire encore, je n’avais pas la moindre idée de qui j’étais ! Je me saisis d’une torche et retournais sur mes pas, dans la pièce ou je venais de me réveiller. Près du lit où je m’étais réveillé se trouvait le cadavre d’une femme décapitée, totalement dévêtue et dont le corps portait de nombreuses marques de griffures. A ses côté reposait un homme, dont la tenue évoquait celle des rangers qui parcourent les terres au nord de l’Arthedain. L’homme semblait souriant dans la mort et il ne portait aucune blessure apparente. Je poussais alors un hurlement et m’enfuyais en courant.

Lorsque plus tard je ressorti de ce réseau de galeries apparemment abandonnées, j’étais dans une forêt et l’entrée de ce souterrain était dissimulé au sein d’un gros arbre. La première chose qui me frappa fut le feu ardent des rayons du soleil qui transperça mes paupières et perça ma tête de mille aiguilles chauffées à rouges. J’enfouie ma tête entre mes mains, mais il me fallut beaucoup de temps avant de pouvoir ouvrir mes yeux. Je découvris alors que j’étais vêtu d’une robe bleu nuit, j’étais nu pieds et j’avais pour tout bijou, un médaillon autour de mon cou. Je retirais le médaillon qui était cassé sur un bord. Comme je l’appris plus tard, il était écrit en langage elfique : «
Gwae » : la dernière lettre était sur le morceau qui manquait.


Cela peut paraître incroyable, mais je ne revins dans cette caverne que six jours plus tard. Je l’explorais longuement, m’étant munis de torche et de lanterne. La première chose qui me frappa fut que les corps avaient été retirés. Il n’y avait plus rien dans la pièce ou je m’étais éveillée, à part un lit grossier en bois et une table sur laquelle était posée une lettre. Je passais du temps à fouiller le sol sableux, lorsque ma main toucha un objet dur. Je le dégageais rapidement et extirpais un médaillon en or, assez lourd, sur lequel figurait une inscription incompréhensible ainsi que des arbres stylisés.



11 février 3016

Je repris la lettre et l’examinais de nouveau à la lumière du jour. J’aurais pu le réciter par cœur tellement je la connaissais :

Ma Fille,

J’ai fait de nombreuses choses dans ma vie dont je ne suis pas fière, mais sache que mon amour pour toi a toujours primé sur le reste. Pour toi, j’ai voulu un destin hors du commun, je ne me satisfaisais pas d’une vie ordinaire, comme j’aurais pu te la donner. Je n’ai jamais aimé ton père, mais il correspondait au profil que je recherchais : par lui, tu t’élèverais au dessus du commun des mortels, et ta vie n’aurait presque pas de fin.
Malheureusement, il n’en est pas ainsi pour moi, et le sablier aura bientôt fin de s’écouler. Ton père aura la tâche de t’élever, et je sais qu’il le fera bien, car il tient beaucoup à toi. A voir votre complicité lorsqu’il t’enseigna les arts du savoir, je ne doute pas que mes prévisions s’avèrent exactes.

Ta mère qui t’aime


Au dos de la lettre, d’une écriture différente, était écrit : « Trouve les autres, Gudrimhid, au poney fringant à Bree ».

Je repliais la lettre et y glissais le médaillon.


11 Janvier 3017

Il est encore revenu ! Je pensais m’en être débarrassé, mais telle une bête sauvage pistant sa proie, il me poursuit inlassablement, et tous mes efforts pour m’en débarrasser sont vains. J’ai peur de devenir folle et sans cesse, cette date résonne dans ma tête : pourrais je échapper à ma mort ? Je n’y crois guère, mais je ferais tout pour écarter de moi ce funeste destin.

3 mars 3017

J’ai enfin rejoins Dale, et mes recherches sont prometteuses. Tout laisse à penser que ma mère est originaire de cette ville. J’ai commencé à reconstituer son histoire, et je vous en dirais plus prochainement. Par contre, aucune trace de mon père, et même les rares personnes qui ont connu ma mère, ne savent rien de mon père. A-t-il réellement existé ?


11 mars 3017

Je me suis encore réveillée cette nuit, un cauchemar horrible ou une prémonition, à moins que ce ne soit la réalité. J’ai de plus en plus de mal à distinguer mes rêves de la réalité. A chaque fois ce cauchemar se termine avec ces images de la mer, une vue floue de ce qui ressemble à un port, et des mouettes volant dans le ciel. Petit à petit leur cri s’amplifie, au point de m’obliger à me boucher les oreilles, mais, malgré mes effort, j’entends leur appel, me demandant de partir au large, d’abandonner les terres connues : « Amman in gwael 'lain nallar ? »


Revenir en haut Aller en bas
Enge
Archange parleur
avatar

Nombre de messages : 2575
Localisation : 6, cour des Myrtes, Ormecoin, Comté

MessageSujet: Re: BG de Gwael   Lun 30 Avr 2007 - 21:35

et tu t'arrêtes là !!!!!!!!!!!!!!!!!
Sacrebleu, tu es cruel !!!!!!!!!!!!!! C'est comme de voir le meilleur chocolat du monde dans la vitrine et avoir perdu son porte-monnaie ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.biblioenge.fr
Jelena
Sage bavard


Nombre de messages : 1456

MessageSujet: Re: BG de Gwael   Mar 1 Mai 2007 - 7:30

Merci Enge, mais je compte poursuivre le texte régulièrement.

A ce soir j'espère,

Gwael
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BG de Gwael   

Revenir en haut Aller en bas
 
BG de Gwael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Reboot et Itila Cala :: Les autres jeux de la communauté :: Le seigneur des anneaux online- Confrérie Itila Cala :: Background des personnages et la confrérie-
Sauter vers: